Poitou-Charentes patrimoine et histoire

Les monuments du Poitou-Charentes ne sont pas tous religieux. Il y a de superbes forteresses, comme l’illustre fort Boyard et l’inexpugnable Coudray-Salbart, de délicieux villages pittoresques, ruraux ou marins, les cités insolites de Rochefort, Brouage et Richelieu, au tracé éminemment militaire, mais aussi des grottes énigmatiques et le fabuleux Marais poitevin.

En sillonnant les chemins du Poitou, de l'Angoumois et de la Saintonge, en traversant les bourgs de ces anciennes provinces du duché d'Aquitaine, les églises romanes se dévoilent. Les formes rigoureuses du roman s'épanouissent dans une floraison monumentale d'absides, de colonnes et de coupoles en craie blonde...

À partir du XIe siècle, la région devient une terre de prédilection pour la diffusion de l'art roman. Ces édifices témoignent de l'émulation et du dynamisme culturel qui marquèrent deux siècles d'histoire. D'une manière générale, les églises de l'Angoumois et de la Saintonge obéissent à des schémas plus simples que celles du Poitou.

De Ré à Oléron en passant par l'île d'Aix et par toute la côte du Chapus à Fouras, pas moins de 12 places fortes furent édifiées du Moyen Âge au XIXe siècle.

Il y eut d'abord le château fort de Fouras, bâti au XIe siècle par les ducs d'Aquitaine pour contrer les Normands et défendre l'entrée de la Charente. Puis, au XIIe siècle, la haute tour de Broue, perdue dans les marais à quelques kilomètres de Brouage, et aujourd'hui en ruine.

Mais c'est sous Louis XIV et ses maîtres d'œuvre, Vauban et Montalembert, que les forts se multiplièrent. Il s'agissait de parer aux assauts des Anglais, Espagnols et autres Hollandais qui avaient alors la maîtrise des mers - sans oublier les pirates.

C'est principalement à Vauban que l'on doit le système de fortification en étoile, défense exemplaire dont seront dotés Ré, Oléron, l'île d'Aix et l'île Madame, quelques points côtiers (fort Lupin, fort Chapus), ainsi que l'îlot d'Énet. N'oublions pas le célèbre fort Boyard, au large d'Oléron.
Malgré quelques revers, ce système défensif - et dissuasif - s'est montré efficace.

Sept sites de la région sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco : l'abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe, les fortifications de Vauban de Saint-Martin-de-Ré et cinq édifices situés sur les Chemins de Compostelle (l'église Saint-Eutrope à Saintes, l'abbaye royale de Saint-Jean-d'Angely, l'église Saint-Hilaire de Melle, l'église Saint-Pierre d'Aulnay et l'église Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers).

Châteaux du Poitou-Charentes

Château de Chervreux – Deux-Sèvres (79)

Bâti au XVe siècle par l’Ecossais Robert Conningham, capitaine de la garde du roi Louis XI, Chervreux se distingue par la majesté de son donjon, véritable chef-d’œuvre de l’art militaire médiéval. Les imposants mâchicoulis ornés de bas-reliefs sont coiffés d’une élégante toiture qui tempère l’aspect martial de l’ensemble. Le château est toujours cerné par les larges douves défensives.

A découvrir : le donjon, la cour intérieure, le chemin de ronde.

Plus d’infos : chateau-de-cherveux

Château de La Roche Courbon (17)

Érigé entre le XVe et le XVIIe siècle, le château situé sur la commune de Saint-Porchaire est le plus vaste de Charente-Maritime. La propriété fut sauvée de la ruine grâce à l’intervention de Pierre Loti et de son rachat par son ami Paul Chenereau. Magnifiquement restaurée, elle séduit par l’élégance de son architecture, de son jardin et la richesse du mobilier. 

A découvrir : les pièces richement meublées, les jardins, le musée de la préhistoire.

Plus d’infos : la Roche Courbon

Château de Dampierre-sur-Boutonne (17)

Cet élégant château à l’étonnante galerie ajourée fut érigé entre les XVe et le XVIe siècles. La galerie présente un incomparable plafond orné de près de 100 caissons sculptés de motifs uniques. A l’extérieur, le « jardin de Diktynna » s’inspire des mythes et des pratiques alchimistes de Merlin et accueille un magnifique labyrinthe végétal.

A découvrir : la galerie aux caissons, le jardin.

Plus d’infos : chateau-de-dampierre

Château de Dissay – Vienne (86)

Le Château de Dissay mêle avec une belle élégance la plus pure architecture militaire défensive et les façades empreintes d’austérité des demeures seigneuriales de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance. Le jardin à la française, s’il participe à la rigueur de l’ensemble, parvient à en atténuer la sévérité. Dissay se visite uniquement durant l’été.  

A découvrir : l’architecture défensive du château, les jardins.

Plus d’infos : dissay

Château de La Rochefoucauld – Charente (16)

Remarquable mélange d’architectures s’étalant du Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle, le château de La Rochefoucauld, le plus grand de Charente, témoigne du passé tumultueux de la région et de son ouverture à l’élégance italienne. Le superbe escalier torsadé avec ses plafonds à moulure mérite à lui seul la visite. Plus de vingt pièces richement meublées et ornées de peintures sont ouvertes au public.

A découvrir : le grand escalier, les meubles et peintures, la grande bibliothèque.

Plus d’infos : chateau-la-rochefoucauld

Quelques dates historique du Poitou-Charente

  • 5000-3000 av. J.-C. : prolifération des dolmens en Poitou.
  • 52 av. J.-C. : révolte de Vercingétorix et châtiment des Santons et des Pictons.
  • Ier siècle : urbanisation, formation des grands domaines (villæ).
  • IIIe siècle : débuts de la christianisation.
  • 350 : saint Hilaire, premier « docteur » en foi, devient évêque de Poitiers.
  • 360 : saint Martin fonde le monastère de Ligugé.
  • Ve siècle : les Wisigoths s'emparent de la région.
  • 476 : fin de l'Empire romain.
  • 507 : Clovis bat les Wisigoths près de Poitiers. La région devient franque.
  • 732 : Charles Martel arrête les Arabes près de Poitiers.
  • 781 : Charlemagne crée le royaume d’Aquitaine pour son fils Louis.
  • 799 : première incursion viking.
  • 845 : les Vikings prennent Saintes.
  • Xe-XIe siècles : les comtes-ducs d'Aquitaine régissent l'actuelle région Poitou-Charentes.
  • 1152 : en plus de l'Aquitaine, Aliénor apporte le Poitou-Charentes à son nouvel époux, Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou. Quand celui-ci devient, en outre, roi d'Angleterre, ses domaines français sont alors aussi étendus que ceux du roi lui-même. Toute la guerre de Cent Ans découle de cette situation.
  • 1204 : première prise de Poitiers par Philippe Auguste. La seconde, en 1224, sera définitive.
  • 1224 : rattachement de la Saintonge et de l’Aunis au domaine royal.
  • 1308 : rattachement de l’Angoumois au domaine royal.
  • 1356 : défaite de Jean le Bon à Poitiers.
  • 1534-1535 : Calvin prêche à Saintes, Poitiers, Angoulême.
  • 1562 : début des guerres de Religion.
  • 1569 : l’armée du protestant Coligny assiège Poitiers.
  • 1577 : signature de l’édit de Poitiers, qui accorde certaines garanties aux protestants.
  • 1603-1604 : premier voyage d’exploration de Samuel de Champlain au Canada.
  • 1627-1628 : siège et prise de La Rochelle.
  • 1664 : Colbert fonde Rochefort.
  • 1773 : une partie des Acadiens regagne le Poitou.
  • 1790 : le Poitou-Charentes est dépecé en quatre départements. La Charente (ex-Angoumois), la Charente-Inférieure (ex-Aunis et Saintonge), les Deux-Sèvres et la Vienne (ex-haut Poitou, le bas Poitou constituant le département de Vendée).
  • 1815 : après sa déchéance, Napoléon Ier s'embarque à l'île d'Aix.
  • 1822 : « complot » des quatre sergents de La Rochelle.
  • 1945 : Royan est anéanti par les bombardements alliés.
  • 1966 : un pont relie l'île d'Oléron au continent.
  • 1984 : inauguration du Futuroscope.
  • 1988 : un pont relie l'île de Ré au continent.
  • 1996 : enterrement de François Mitterrand à Jarnac.
  • 1998 : ouverture de la vallée des Singes à Romagne, dans le sud de la Vienne.
  • 2002 : nomination de Jean-Pierre Raffarin au poste de Premier Ministre.
  • 2004 : Ségolène Royal devient présidente du conseil régional de Poitou-Charentes ; seule femme à la tête d'une région française. Suite à sa défaite à l'élection présidentielle de 2007, elle est réélue en 2009 dans sa région, dès le premier tour comme elle l'avait annoncé.
  • 2009 : la tempête Xynthia ravage la région, qui est entièrement déclarée zone de catastrophe naturelle.
  • 2010 : découverte du gisement paléontologique d'Angeac-Charente, près d'Angoulême, qui met au jour plus de 400 ossements de dinosaures. Et les fouilles ne font que commencer !
  • 2012 : le Futuroscope fête ses 25 ans.
  • 2014 : Ségolène Royal devient ministre de l’Écologie et cède donc son poste de présidente du conseil de Poitou-Charentes. Le Marais poitevin retrouve son statut de Parc naturel régional (PNR), perdu en 1997. Les Francofolies de La Rochelle ont fêté leurs 30 ans.
  • 2015 : au terme d’un chantier de reconstruction de 18 ans à Rochefort, la frégate L’Hermione a enfin hissé les voiles et fait la traversée vers l’Amérique, sur les traces de La Fayette.

Histoire du Poitou-Charente

Préhistoire

Les premiers hommes qui choisirent la région pour villégiature s'installèrent au paléolithique inférieur (de 780 000 à 180 000 ans avant J.-C.). Ils vivent sur la plage, brisent des galets pour s'en faire des armes et tentent d'apprivoiser le feu. Puis c'est le paléolithique moyen (180 000 à 31 000 ans avant J.-C.). Les chercheurs ont retrouvé des traces de la civilisation acheuléenne, en Charente. A cette époque, l'Homo-erectus chasse le bison ou le lion, il possède pointes, racloirs et scies en silex et a domestiqué le feu.

Dans la région de Saint-Césaire, en Charente-Maritime, le squelette d'une jeune néanderthalienne, âgé de 34 000 ans a été découvert en 1979, elle fut baptisée "  Pierrette  ". Les paléontologues ont trouvé à ses côtés des outils qu'ils attribuèrent à la période de l'homme de Cro-Magnon.

Au néolithique (de 7 500 à 2 500 ans avant J.-C.), l'autochtone devient résident et se lance dans l'agriculture, il cultive le blé et l'orge, certes de manière sommaire mais tout de même  ! Il élève également des ovins et des caprins (élevage toujours en vigueur dans la région). La généralisation du polissage et de la céramique l'entraîne petit à petit vers l'artisanat et le travail des métaux (bronze et cuivre). Il devient également bâtisseur, outre les dolmens (table de pierre) il érige aussi des monuments qu'il voue au culte des morts comme en témoigne le Tumulus de Bougon (Deux-sèvres), admirablement conservé. Des traces de fossés entourant un camp ont été découvertes sur la commune de Juillac-le-Coq en Charente.

Antiquité

L'âge du bronze conduit les Celtes vers une période gallo-romaine (du Ier au IIIe siècle) plutôt faste dans la région. Le Poitou-Charentes fait partie de la grande province du Sud-Ouest, l'Aquitaine (dont la capitale est Saintes), et qui correspond aux régions actuelles d'Aquitaine, de Poitou-Charentes et du Limousin, provinces romanisées qui connurent une réelle prospérité. Les peuples gaulois des Pictons, ainsi nommés parce qu'ils se peignaient le visage en bleu et rouge pour effrayer leurs ennemis (l'origine des noms "  Poitou  " et "  Poitiers  ") et des Santons (l'origine des noms "  Saintes  ", "  Saintonge  ") se sont ralliés assez vite à la cause romaine au lendemain de la défaite de Vercingétorix à Alésia (en 52 avant J.-C.).

Les deux grandes villes de l'époque gallo-romaine sont Limonum ("  la ville de l'ormeau  ", actuellement Poitiers) et Mediolanum Santorum ("  la ville du milieu de la plaine  ", Saintes). Au IIIe siècle, le christianisme progresse en Gaule et apparaît dans la région suite à l'édit de Milan qui établit la liberté religieuse en 313 sous le règne de Constantin Ier le Grand (Caïus Flavius Valerius Aurelius Contantinus).

Moyen-âge

L'Empire Romain vacillant en Gaule, les Barbares prennent la région. En 418 l'empereur romain Flavius Honorius cède aux Wisigoths l'autorité sur tout le Sud-Ouest. La Gaule reste sous cette influence jusqu'à l'arrivée de Clovis Ier qui devient roi des Francs Saliens de Tournai au décès de son père Childéric Ier. Il en est de même pour la région jusqu'à la victoire de Clovis Ier sur Alaric II qu'il tua à Vouillé (près de Poitiers dans la Vienne) en 507  ; cette victoire mit fin à la domination wisigothe.

La mort du premier roi des Francs (511) ouvrit une nouvelle période trouble par le partage de son royaume à ses quatre fils. C'est ainsi que Poitiers connu plus de 20 seigneurs en moins de deux siècles. Charles Martel, maire du palais d'Austrasie et de Neustrie (tout le nord de la Loire, y compris une partie de la Belgique et de l'Allemagne de l'ouest) arrêta l'invasion sarrasine à Poitiers en 732, lors d'une bataille inscrite dans tous les manuels d'histoire. Cette victoire fut la première de l'occident chrétien sur les musulmans.

En l'an 800, Charlemagne, fils de Pépin le Bref et petit-fils de Charles Martel, est couronné Empereur d'occident à Rome. Les Normands, qui naviguent sur nos fleuves en quête de razzias, saccagent Saintes et Angoulême au milieu du IXe siècle.

Au Xe siècle, les premiers pèlerins traversent la région de Poitiers à Pons en passant par Melle, Aulnay, Saint-Jean-d'Angély et Saintes. Aux Xe et XIe siècles les comtes du Poitou et de l'Angoumois règnent sur la région jusqu'à la mort Guillaume X qui, sans héritier mâle, cède le duché d'Aquitaine à sa fille Aliénor. En 1137, Aliénor d'Aquitaine, dotée du Sud-Ouest de la France, épouse le prince Louis, futur roi de France, Louis VII. Mais en 1152, après leur divorce, elle " s'offrit  " à la perfide Albion par son remariage avec Henri II Plantagenet, prétendant à la couronne qui montera sur le trône d'Angleterre en 1154. Henri II, puis Richard Coeur de Lion, et Jean sans Terre, ses fils, se succèdent sur le trône d'Angleterre. A la mort d'Aliénor en 1204, à 82 ans, le roi Philippe Auguste s'empare de Poitiers, mais le Poitou ne sera annexé qu'en 1224 après le rattachement de l'Aunis et de la Saintonge au royaume de France.

En 1360, a lieu la troisième bataille de Poitiers, à Nouaillé-Maupertuis, où Jean le Bon est battu et fait prisonnier par le Prince Noir. Le 8 mai, le fameux Traité de Brétigny redonne le Poitou, l'Aunis, la Saintonge et l'Aquitaine aux Anglais. Le Poitou revient dans le giron français grâce aux troupes de Du Guesclin en 1373. Charles VII est couronné à Poitiers en 1422. La Bataille de Castillon met fin à la guerre de Cent Ans en 1453.

De la Renaissance à la Révolution

Deux ans après la découverte de l'Amérique par Colomb, le futur François Ier naît à Cognac en 1494, il succède à Louis XII, son cousin, en 1515. Le "  roi-chevalier  " sera l'un des fondateurs de l'Etat moderne. Il ouvrira la France au mercantilisme favorisant ainsi la montée de la bourgeoisie. En 1539, l'Ordonnance de Villers-Cotterêts fait remplacer le latin par le français dans les actes notariés, les jugements et les registres d'état civil.

Les guerres de Religion, dès 1562, furent l'occasion de nombreux troubles entre Huguenots et catholiques représentant un désastre, tant sur le plan humain qu'économique, jusqu'à la proclamation de l'édit de Nantes en 1598 qui rétablit calme et prospérité sur la région. En 1533, Jean Calvin qui conteste la toute-puissance du pape est condamné par le Parlement de Paris. Il se réfugie à Angoulême, où il continue de prêcher et d'écrire. Il est reçu à Poitiers, ville intellectuelle et bouillonnante, où son prosélytisme fait merveille dès 1534. Il y recrute de nombreux disciples. Recherché, il retourne se cacher dans la campagne angoumoisine avant de fuir vers Genève.

L'exil du maître n'empêche pas ses idées de se propager dans la région. En 1557, Poitiers accueille la première assemblée pastorale de la Réforme. En 1558, un important colloque se tient dans la cité sur le thème de la prédestination. Poitiers, encore, accueille un synode national en 1561. L'année suivante, la ville passe tantôt aux mains des catholiques, tantôt à celles des Huguenots. Finalement, les catholiques prennent le dessus. En 1569, malgré un long et sanglant siège de la ville, l'amiral de Coligny, chef protestant, ne parvient pas à la reprendre. Ses troupes et celles du duc d'Anjou s'affrontent à Moncontour (nord de la Vienne) tandis que Louis de Condé meurt à Jarnac (Charente) face à Henri de Navarre. L'année précédente, une autre grande ville, La Rochelle, avait rallié le camp de la Réforme.

Même Niort devient un centre protestant, interdisant le culte catholique de 1588 à 1599. La propagation du protestantisme touche la plupart des villes moyennes. Châtellerault, Loudun, Thouars, Saint-Maixent, etc., deviennent des places de sûreté pour les réformés. On compte alors, à la fin du XVIe siècle, plus d'une cinquantaine de lieux de culte dans l'ensemble du Poitou. L'édit de Nantes de 1598 calme quelque peu les esprits, jusqu'à la mort du roi Henri IV en 1610. Les libertés concédées aux protestants sont éliminées une à une. En 1627 intervient le fameux siège de La Rochelle  : Richelieu interdit l'accès au port en construisant une immense digue. La cité rochelaise résiste une année entière puis capitule.

En perdant son principal bastion dans la région, la Réforme recule. Des temples sont démolis, les places de sûreté retournent sous le giron catholique et royal. Les Huguenots abjurent leur foi ou s'expatrient. Le protestantisme ne parvient à perdurer qu'en milieu rural. La révocation de l'édit de Nantes, en 1685, porte un coup terrible aux derniers espoirs des réformés. Dragonnades, persécutions, emprisonnements se multiplient. Des côtes de Charente-Maritime, plusieurs milliers de personnes quittent la France. Le protestantisme se résume alors aux prêches des pasteurs itinérants, aux assemblées clandestines...

De la Révolution au XXIe siècle

Au XVIIIe siècle sous l'impulsion des intendants  : Blossac à Poitiers et Reverseaux à Saintes, ces villes trouvent un nouvel essor. La construction de digues accélère le colmatage naturel et l'assainissement de l'anse de l'Aiguillon. En 1789, Paris fait sa révolution et l'année suivante, l'assemblée constituante crée les départements  : la Charente (l'Angoumois), la Charente inférieure (l'Aunis et la Saintonge), les Deux-Sèvres et la Vienne (l'ancien Haut-Poitou).

La Terreur sévit aussi chez nous et le tribunal révolutionnaire de Rochefort commet les pires exactions. Les guerres de Vendée attirent Napoléon dans la région. Il fonde La Roche-sur-Yon l'année de son sacre en 1804. En 1806, il met en place le blocus continental dans le but de priver l'Angleterre de ses débouchés commerciaux. L'activité des ports de la côte Atlantique s'en ressent. En 1815, il passe ses dernières heures en terre française, il embarque de l'île d'Aix pour une autre île et un exil définitif. La modernité avance sur des rails entre Poitiers et La Rochelle, avec l'ouverture d'une ligne de chemin de fer en 1856.

Puis c'est à la République (la troisième du nom) de voir le jour le 4 septembre 1870, elle restera en place jusqu'au 10 juillet 1940. En 1872 l'arrivée du phylloxéra, qui sévira jusqu'en 1890, ravage le vignoble charentais. La Saintonge se tourne alors vers l'agriculture, la culture céréalière notamment, et l'élevage de bovins. Eugène Biraud fonde la première laiterie coopérative en 1888, à Chaillé près de Surgères. Le 18 août 1890, Sadi Carnot, alors président de la République, inaugure le port de La Pallice à La Rochelle.

De nos jours

En 1905, Emile Combes, anti-calotins notoire, maire de Pons (Charente inférieure) et président du Conseil de 1902 à 1905, prépare et fait voter, avec Georges Clemenceau (né en Vendée), président du Conseil de 1906 à 1909, la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat. L'exode rural et le premier conflit mondial ont fait perdre 8 % de sa population à la Région Poitou-Charentes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Charente inférieure et les Deux-Sèvres subissent l'occupation allemande. A la Libération, ce sont au tour des Allemands de faire de la résistance dans les poches de Royan et de La Rochelle. En 1966, Oléron perd son caractère insulaire. C'est la première île française à être rattachée au continent par un viaduc de 3 027 mètres de long.

La région Poitou-Charentes naît en 1972, en même temps que l'institution des "  établissements publics régionaux  ". Dix ans plus tard, avec l'avènement de la loi Deferre, elle devient une collectivité territoriale dotée de la personnalité juridique et d'une autonomie de gestion, au même titre que la commune ou le département. De nombreuses compétences sont ainsi transférées de l'Etat vers la Région, tandis que l'exécutif des préfets revient au président du Conseil régional.

Depuis 1986, les conseillers régionaux sont élus au suffrage universel direct, sur des listes départementales, au scrutin proportionnel. Ainsi, l'institution acquiert une légitimité juridique. Le tracé du parc naturel régional du Marais poitevin, Val de Sèvre et Vendée est institué en 1979. 1987 marque l'ouverture du parc dédié aux nouvelles images, le Futuroscope, depuis entouré d'un parc hôtelier important. L'année suivante, en 1988, l'île de Ré rejoint sa grande soeur dans le deuil de l'insularité. Elle est reliée au continent par un viaduc long de 2 960 mètres. En 1990, Châtellerault, Poitiers, et Angoulême goûtent enfin aux joies du TGV.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 08/09/2017