Loire-Atlantique patrimoine et histoire (44)

Patrimoine, monuments et sites touristiques de Loire-Atlantique

Quoi faire dans la Loire-Atlantique ? Séjour touristique en France dans ses pages énumères les lieux avec des classifications touristiques officielles aux alentours et d'autres lieux d'intérêt à visiter dans les Pays de la Loire qui devraient servir d'inspiration si vous êtes en vacances. Notre guide du patrimoines et de l'histoire de Loire-Atlantique à pour but de vous faire découvrir les monuments, le patrimoine et l'histoire de Loire-Atlantique.

La diversité géographique de la Loire-Atlantique a contribué à en faire un territoire béni des dieux. Campagnes généreuses, industrialisation précoce, commerce maritime développé depuis l'Antiquité, tout a concouru à donner à ses habitants un cadre de vie où chacun peut s'épanouir, quel que soit son mode de vie.

Entre Loire et Vilaine, France et Bretagne, son histoire en a fait un département charnière particulier, dont l'identité est forcément composite. Après les périodes gauloises et romaines, les littoraux et les estuaires sont très tôt contrôlés par les Bretons venus d'outre-manche. Excellents marins et commerçants, ils occupent alors le littoral jusqu'à la baie de Bourgneuf.

De même, le Pays de Redon, breton également, étend son influence autour de Guéméné-Penfao jusqu'a la route actuelle Nantes-Rennes. Mais ces caractères bretons, attestés par les monuments et la toponymie sont alors tempérés par l'influence du Poitou dans le Pays de Retz et celle du royaume franc à l'est.

Cette configuration perdure pendant le Moyen Age, période où l'on construit les places fortes des marchés de Bretagne, en particulier Châteaubriant et Clisson. A l'époque moderne, la Loire-Atlantique apparaît comme une mosaïque de petites unités territoriales connectées, assurant sa cohérence et sa cohésion.

A l'ouest, le Pays blanc et la Presqu'île Guérandaise sont bordés dans le nord-est par le Pays des Trois Rivières, au centre par la Brière et au sud par la Métropole Nantes-Saint-Nazaire. Au sud de l'estuaire de la Loire s'étend le pays de Retz à caractère plutôt vendéen, tandis que l'est, très agricole se partage entre le Pays de Châteaubriant au nord et le Pays d'Ancenis au sud, régions frontalières à fortes caractéristiques angevines.

Les territoires intérieurs composés de terres relativement riches, accueillent une agriculture centrée sur la production de lait. Mais la proximité des marchés de Nantes et de la côte permet également à de nombreux agriculteurs d'abandonner les activités traditionnelles pour se tourner vers la transformation à la ferme et la vente directe de leurs produits, selon la formule du circuit court. Certains de ceux-ci sont présents dans la grande distribution. Cette diversité et cette qualité alimentaire contribuent à améliorer la vie des habitants du département.

Grâce au rôle de communication que la Loire possède depuis l'Antiquité et à l'abri maritime que constitue son estuaire, s'est développée la ville de Nantes, la sixième du territoire français avec 300 000 habitants. C'est une chance historique, car très tôt le commerce a pris son essor, à la fois vers l'intérieur par le fleuve et vers les pays atlantiques, côté océan.

On se souvient à ce propos de l'épisode contesté des traites négrières, mais aussi de l'épopée beaucoup plus glorieuse des grands voiliers nantais lors de la deuxième partie du XIXe siècle. Grâce à l'arrière-pays castelbriantais et au creusement d'un avant-port à Saint-Nazaire, la sidérurgie et les chantiers navals rejoignent l'estuaire et assurent une prospérité industrielle à la métropole.

Aujourd'hui Nantes est préfecture à la fois départementale et régionale et Nantes-Saint-Nazaire constitue la métropole du Grand-Ouest. Malgré un fléchissement de l'industrie, celle-ci joue encore un rôle de premier plan, tandis que la densité de services, en particulier informatiques, n'a pas d'équivalent dans l'Ouest.

Mais d'autres ports ayant une origine vernaculaire sont présents sur son territoire. Si Saint-Nazaire ou la Turballe sont récents, le site du Croisic remonte à l'Antiquité, port naturel à l'entrée du Traict. Avec les ports de l'estuaire de la Loire, lequel d'entre eux était donc Corbilo mentionné par les géographes antiques ? Il est au départ un port sur la fameuse route de l'étain, ce minerai existant en Loire-Atlantique, mais surtout en Cornouailles britannique.

Avec le Pouliguen, il exporte dès le Moyen Age du vin provenant de la côte de Guérande et du sel des marais salants. Port de corsaire, puis morutier, il devient prospère à l'époque moderne, dopé par la pêche à la sardine, puis par l'installation de conserveries utilisant l'appertisation, dont la première a vu le jour en Loire-Atlantique.

Alors seule agglomération importante du littoral, c'est également la première station balnéaire du littoral, avant l'essor du Pouliguen et de la baie de la Baule. L'arrivée du train en 1879 dope la fréquentation, mais permet également à la fin du XIXe siècle le développement de l'ensemble de la Côte d'Amour, les bains de mer étant devenus à la mode.

Les stations balnéaires se développent au nord de l'estuaire et sur la Côte de Jade, contribuant à donner au département sa physionomie actuelle ainsi qu'une visibilité internationale. Campagne, voies d'eau, littoraux, terre et mer, tout ici concourt à une qualité de vie et donc à une attractivité démographique avérée du département qui, gageons-le, ne se démentira pas dans les années à venir.

Architecture militaire de Loire-Atlantique

 

Architecture religieuse de Loire-Atlantique

 

Ouvrages d’art de Loire-Atlantique

 

Loire-Atlantique

 
 

Visiter le patrimoine et les monuments de Loire-Atlantique

Découvrez les lieux touristiques de Loire-Atlantique

Visiter le patrimoine et les monuments des Pays de la Loire

Informations touristiques de Loire-Atlantique

 
 

Histoire de la Loire-Atlantique

La Loire-Atlantique, appelée jusqu'en 1957 Loire Inférieure, correspond sensiblement à l'ancien comté nantais et au diocèse de Nantes. Le département a été détaché de la Bretagne pour faire partie des Pays de la Loire.

Préhistoire

De nombreux témoignages, monuments mégalithiques, outils du néolithique attestent de peuplements de pêcheurs et de chasseurs le long du littoral et de l'estuaire dès le VIe millénaire. Le tumulus de Dissignac à Saint-Nazaire et le cairn des Mousseaux à Pornic en sont de splendides témoignages.

Les nombreuses voies d'eau du département développent les échanges et favorisent l'implantation des hommes le long de la Loire, à Ancenis, Nantes et le Pays de Retz.

Antiquité

L'arrivée des Celtes. Vers 500 ans avant J.-C. en Armorique, ces points d'habitat vont s'organiser en cités, les Namnètes au nord de la Loire, les Venètes dans l'actuel Morbihan, les Osismes, Coriosolites, Redones, Pictons occupant le reste de la péninsule.

La romanisation. La conquête de la Gaule entreprise par les Romains s'étend. Elle trouve en la personne de César, le futur vainqueur des Namnètes. Ces derniers, pourtant excellents marins sont défaits sur mer et perdent le contrôle du sud de la Loire. C'est la romanisation. La cité gauloise des Namnètes s'organise en civitas romaine, elle perd son indépendance et paye désormais tribut.

Les modes de pensée et de vie pénètrent d'autant mieux qu'ils s'accompagnent d'une importante urbanisation et d'une période de stabilité la pax romana. Aussi la période est-elle prospère, et Nantes qui assure le commerce maritime et fluvial grâce à sa position privilégiée au fond de l'estuaire accroît son influence. Les voies romaines quadrillent la région et l'agriculture aussi bien que l'industrie : mines d'étain à Abbarez, se développent.

La christianisation. Au IIIe siècle après J.-C., c'est le temps des premières communautés chrétiennes et des premiers martyrs, ainsi Donatien et Rogatien à Nantes, saints patrons du diocèse. Parallèlement au déclin de l'Empire romain, on assiste à d'importants mouvements de population, migrations, invasions, qui modifient la région en profondeur. Des personnes d'exception, bien souvent des évêques, comblent la vacance du pouvoir et s'imposent.

Il en est ainsi dans le Pays nantais, conquis par Clovis, et à Nantes où l'évêque Félix entreprend d'importants travaux pour rendre l'Erdre navigable, facilitant ainsi le transport des marchandises et les échanges. La région du vignoble doit à Saint Martin installé à Vertou, le développement de la vigne.

Des Bretons quittent leur île envahie par Les Angles, les Jutes et les Saxons. Ils s'installent en Armorique, créent des paroisses et évangélisent les populations. Saint-Gildas-des-Bois témoigne de l'immigration de Gildas, missionnaire défricheur des âmes et des landes.

Moyen-âge

Charlemagne, tout au long de son règne, s'était opposé aux turbulents Bretons. Pour les contenir, la marche de Bretagne, avait été confiée à son neveu Roland. Les Bretons surent tirer parti de l'affaiblissement du pouvoir impérial avec les successeurs de Charlemagne  : Louis le Pieux (778-840) puis Charles le Chauve (823-877). Ils trouvèrent en Nominoë et son fils Erispoë, des chefs capables de les conduire à la victoire et à l'indépendance.

Le royaume de Bretagne était né. Mais l'euphorie est de courte durée et une période de troubles et de rivalités personnelles commence. La Bretagne est alors dirigée par Salomon, cousin et assassin d'Erispoë. Affaiblis, la Bretagne et le comté nantais sont victimes des raids des Vikings qui pillent et saccagent villes et monastères.

C'est ainsi que les moines de Noirmoutier fuient leur île en 835, emportant les reliques de saint Philbert pour les mettre à l'abri. Ils se fixent à Déas, près du lac de Grand-Lieu où l'abbatiale carolingienne de Saint-Philbert voit le jour. Nantes est dévastée en 843, Clisson, Pornic attaquées jusqu'à l'arrivée du chef breton, Alain Barbetorte.

Après sa victoire sur les Normands, il devient duc de Bretagne en 938. Il fait de Nantes la capitale du duché et renforce sa défense face à des ennemis intérieurs et extérieurs  : les seigneurs voisins du Poitou et de l'Anjou, le roi de France, les Anglais.

A l'est, les châteaux d'Ancenis, d'Oudon protègent la frontière orientale et la Loire mais ce sont aussi les châteaux de Châteaubriant, de Blain, de Goulaine... la forteresse de Pornic voit ses fortifications renforcées.

Autour de ces châteaux et de leur seigneur, des châtellenies se créent, embryons de villes futures. La France féodale se met en place. Nantes par ailleurs affirme la puissance du comté et son histoire est intimement liée à celle du duché, d'autant qu'elle devient la résidence habituelle du duc Pierre Mauclerc, cousin du roi Philippe Auguste.

Le port est puissant, le sel de Guérande, de Bourgneuf, le vin du Val de Loire s'exportent jusque vers l'Angleterre. La Bretagne en paix connaît une période de relative prospérité. Les échanges se font plus nombreux, la foire de Béré est déjà réputée  ; l'économie marchande fait son apparition. La population augmente et la France se couvre d'églises et de monastères.

Les abbayes bénédictines de Saint-Gildas-des-Bois du XIe, de Buzay du XIIe, l'abbaye de La Meilleraye de Bretagne se construisent. Les moines célèbrent l'opus dei, prient pour le salut éternel des âmes mais sont loin de rester inactifs. Suivant l'exemple de saint Félix à Nantes et de saint Martin à Vertou, les moines défrichent, à Saint-Gildas-des-Bois, valorisent les marais à Buzay dans le Pays de Retz, irriguent les terres, rendent les rivières navigables comme la Sèvre Nantaise, développent la vigne.

Le XIVe siècle est un siècle douloureux, peste, guerres, famines... les populations sont décimées et les terres ravagées. Le duché de Bretagne est déchiré par la guerre de succession (1341-1381) qui voit à la mort du duc Jean III, l'affrontement de Charles de Blois, soutenu par les Français et de Jean de Montfort, aidé par les Anglais.

Guérande est ruinée par les troupes espagnoles, Ancenis occupée pour le compte de Charles de Blois jusqu'à la signature du second traité de Guérande en 1381. Ce dernier met un terme à la guerre de succession et hommage est rendu au roi de France par Jean de Montfort, futur Jean IV. Le règne de Jean V qui lui succède ouvre une ère de stabilité où la civilisation bretonne s'épanouit sans toutefois rivaliser avec le prestige de la cour des rois de France.

Pourtant le comté nantais qui repose sur la puissance ducale s'accroît des terres de Gilles de Rais et de Clisson. La production du sel, sous l'impulsion des ducs de Bretagne se développe et des ports du Collet, du Croisic, de Guérande, il est chargé pour approvisionner les villes de la Baltique. Les belles maisons du Croisic, de Guérande et les villages paludiers de Saillé, Kervalet témoignent de cette prospérité.

Les villes ne sont pas en reste, elles affirment leur puissance  : Le Gâvre, Châteaubriant... A Nantes, le château sous l'égide de François II, père d'Anne de Bretagne, s'agrandit, la cathédrale sort de terre (1434) et l'université voit le jour (1460).

François II accorde aux habitants de la Brière, la propriété indivise des marais de Brière. L'affirmation de la puissance royale met un terme à l'indépendance bretonne. En 1488, les troupes françaises de la régente Anne de Beaujeu battent les troupes de François II à Saint Aubin-du-Cormier et les mariages d'Anne de Bretagne au roi Charles VIII, puis à la mort de ce dernier au roi Louis XII préparent l'union de la Bretagne à la France.

Le mariage de sa fille, Claude de France à François Ier en 1515 scelle le sort du duché de Bretagne qui conserve son Parlement (transféré à Rennes) quelques privilèges mais devient province de France.

Une autre période de remous s'ouvre avec les guerres de Religion surtout quand le duc de Bretagne, Mercoeur épouse la cause de la Ligue. La Bretagne n'est dans l'ensemble guère sensible à la religion réformée, mais quelques villes comme Le Croisic et Blain, notamment avec la famille de Rohan, deviennent des places fortes du protestantisme.

L'édit signé à Nantes par Henri IV apaise les querelles religieuses et met fin à la guerre civile avec deux lieux de culte pour les protestants  : Le Croisic et Sucé-sur-Loire.

De la Renaissance à la Révolution

L'absolutisme royal accentue sa pression fiscale et cela ne va pas sans émotions populaires. C'est la révolte du papier timbré en 1675 et celle des Bonnets Rouges. La répression qui s'ensuit est terrible.

Le commerce du sel et du vin diminue, l'économie traditionnelle, celle des toiles de lin puis du chanvre, décline relayée toutefois par le début de la métallurgie avec l'installation de plusieurs forges à bois dans le Pays de Châteaubriant notamment à la Hunaudière, Moisdon-la-Rivière. Transitent par l'Erdre à destination de Nantes, la production de ces forges ainsi que les arbres de la forêt du Gâvre.

La construction navale s'y développe avec les relations transatlantiques qui font accéder Nantes au rang de grand port international et colonial. Le commerce triangulaire assure la prospérité de la ville qui avec J.-B. Ceineray et Mathurin Crucy s'urbanise et s'embellit  ; la place Graslin et son théâtre, la place Royale, le cours Cambronne, l'alignement du quai de la Fosse font de Nantes une ville nouvelle.

Les hôtels particuliers des riches négociants, les folies nantaises qu'ils se font édifier le long de l'Erdre témoignent de l'importance de Nantes, devenu le premier port français dans la première moitié du XVIIIe siècle assurant le tiers de la traite française négrière. De nouvelles manufactures de cotonnades et d'indiennes apparaissent, des raffineries de sucre...

Des plantes venues du monde entier arrivent à Nantes pour être acclimatées au Jardin des plantes, les serres, les magnolias, les camélias attestent de ces relations transatlantiques autant que de la douceur du climat.

L'importance du trafic lié au développement du tonnage et à l'ensablement de l'estuaire empêche les gros navires de naviguer jusqu'à Nantes. Aussi Paimboeuf devient-il l'avant-port de Nantes avant d'être détrôné à son tour par Saint-Nazaire. Mais ses maisons d'armateurs, ses quais témoignent de cette glorieuse page de l'histoire. La campagne est loin de partager la prospérité de la ville.

Un fossé se creuse entre les paysans et une bourgeoisie sensibilisée à la philosophie des Lumières grâce aux chambres de lecture et aux loges maçonniques. Par ailleurs, les Etats provinciaux se réunissent régulièrement, en janvier 1789 à Rennes  ; ils affichent les dissensions entre une bourgeoisie gagnée aux idées nouvelles et la noblesse. On compte quelques victimes qui sont les premières de la Révolution.

L'abolition des privilèges et des droits des pays d'Etat, la nuit du 4 août, met un terme à l'autonomie de la Bretagne qui est divisée en cinq départements dont la Loire Inférieure (Loire-Atlantique).

Mais c'est le vote de la Constitution civile du clergé en 1790 qui embrase les campagnes. La levée de 300 000 hommes par tirage au sort en 1793 met le feu aux poudres. Les campagnes s'insurgent. Dans la presqu'île guérandaise et la région du vignoble, au Loroux-Bottereau notamment, les esprits sont particulièrement échauffés.

C'est le début de la guerre de Vendée qui se nourrit en plus du mécontentement causé par l'augmentation des impôts et de l'opposition des paysans aux bourgeois, grands gagnants de la Révolution. Les premiers massacres de patriotes ont lieu, à Machecoul, La Chapelle-Heulin, d'autres fuient à Nantes où le maire Baco organise la résistance.

Du Pays de Retz aux Mauges, la guerre de Vendée touche la Loire-Atlantique, témoin de luttes sanglantes et de nombreux massacres. Les Blancs sont maîtres des campagnes du pays du vignoble, de la région de Clisson et de la région de Legé où Charrette installe son quartier général au château de Bois-Chevalier. Les Bleus sont bien implantés le long de la Loire et sur la côte.

L'armée des Blancs conduite par Cathelineau, Bonchamps, Stofflet, Charrette échoue devant Nantes défendue par le général Canclaux (29 juin 1793). Pourchassés, les insurgés entament la "  Virée de Galerne  " qui se termine dramatiquement par la défaite de Savenay en décembre 1793. Des villes entières sont détruites comme Clisson.

Le Pays du Vignoble paie un lourd tribut à la guerre de Vendée. Les arrestations, les exécutions, les noyades à Nantes organisées par Carrier, le passage des "  colonnes infernales  " dans les villes et les campagnes sèment la terreur, ruinent l'économie du pays et laissent de profondes cicatrices.

Une fois la guerre terminée, Nantes et le Loroux-Bottereau érigent une statue à la gloire de Louis XVI. C'est le temps de la reconstruction, des ruines de Clisson sort une ville nouvelle tournée vers l'Italie.

De la Révolution au XXIe siècle

Le XIXe siècle n'est pas très favorable à la Bretagne. Les économies traditionnelles ont périclité, les industries sont rares et les terres pauvres. La région oubliée des pouvoirs publics est sous alphabétisée, sous industrialisée. Epidémies, famines ponctuent un quotidien consacré essentiellement au travail de maigres exploitations agricoles.

Nantes souffre également de l'entrée en guerre de l'Angleterre et de l'abolition de l'esclavage. La misère de la ville n'a rien à envier à celle des campagnes, les observations d'Ange Guépin, médecin, en disent long sur le sujet. Pourtant les choses bougent et des initiatives sont menées. Les fermes-écoles, notamment celle de Jules Rieffel près de Nozay permettent de vulgariser les bases d'une future révolution agricole.

La construction du canal de Nantes à Brest pour limiter les effets du blocus continental, puis le chemin de fer permettront d'acheminer l'engrais et de défricher les landes. La construction des routes et des écoles sortira les campagnes de l'isolement, de l'analphabétisme et de la misère. La région côtière profitera largement de l'arrivée du chemin de fer.

Les bains de mer deviennent à la mode  : Pornic, Pornichet, Le Croisic, Piriac puis La Baule attirent une élite cultivée et riche qui fait construire de superbes villas.

La Loire-Atlantique bénéficie d'un vrai engouement, terre sauvage elle ressource de nombreux artistes, Gauguin, Maurice Bernard... Pornic attire aussi des peintres prestigieux tels que Renoir, Max Ernst. Pour Nantes, les temps sont plus difficiles et, seul l'armateur Thomas Dobrée, arrive à s'enrichir dans le commerce à la baleine.

Nantes devient ainsi à la fin du XIXe siècle, le premier port baleinier de France et la construction navale s'enorgueillit de la sortie d'un superbe trois-mâts à voiles carrées, le Belem, des chantiers navals Dubigeon. Mais elle cède peu à peu la place à son avant-port Saint-Nazaire qui se spécialise dans les relations transatlantiques.

La construction du canal maritime de Paimboeuf au Pellerin est ainsi rendue obsolète et l'activité commerciale et portuaire de Nantes décline. Elle développe en revanche une industrie agroalimentaire  : nombreuses conserveries (Saupiquet, Cassegrain) grâce à la pêche et au maraîchage de la région nantaise (bords de Loire, Machecoul...), biscuiteries (LU), raffineries, vins réputés tels que le muscadet, le gros-plant et les coteaux-d'ancenis.

Le nord Loire, plus industriel abrite une fonderie de plomb et de cuivre à Couëron et des chantiers navals à Chantenay. Aussi assiste-t-on à la fin du XIXe siècle au durcissement des relations ouvriers-patrons relayé par un mouvement syndical fort. L'Ouest reste majoritairement catholique même si un anticléricalisme virulent se fait entendre. Les nombreuses manifestations qui précèdent la séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905 divisent la population.

Mais tout autre fut l'épreuve du premier conflit mondial pour le département qui paya avec près de 26 000 morts un lourd tribut à la guerre. Les Américains se servent des installations portuaires, pour débarquer hommes et matériels tandis que Saint-Nazaire leur sert de quartier général.

La Seconde Guerre mondiale stoppe dans son élan un développement économique prometteur. Les nombreux blockhaus situés le long de l'Atlantique témoignent de l'importance stratégique du département. Nantes est occupée en juin 1940 et subit de terribles bombardements. Il en est de même de Saint-Nazaire qui en raison de sa base sous-marine subit la répression de l'occupant.

La Résistance s'organise notamment dans le maquis de Saffré où un monument commémore la mort de jeunes Résistants. Après le débarquement allié de juin 1944, les Allemands se maintiennent dans la poche de Saint-Nazaire où les combats continuent jusqu'au 11 mai 1945. La ville est presque entièrement détruite.

Musées, monuments, toponymies des lieux entretiennent la mémoire des victimes de la guerre  : musée du Blockhaus à Batz-sur-Mer, stèle de la Carrière de la sablière à Châteaubriant, cours des 50-Otages à Nantes. La reconstruction se fait lentement. Toutefois, le département exploite ses nombreux atouts. Agricole au sud de la Loire avec le maraîchage, le vignoble, industriel au nord avec sa construction navale de prestige, touristique avec ses stations balnéaires réputées.

La Loire-Atlantique bénéficie en outre, d'infrastructures modernes. A 2h de Paris par le TGV, son aéroport la rapproche des grandes villes françaises et de quelques villes européennes, malheureusement trop peu nombreuses. Ces avantages auxquels s'ajoutent la variété de ses paysages, son patrimoine culturel font du département une destination attractive.

La population de Nantes augmente, la proximité de la mer, la douceur de son climat, sa qualité de vie attirent, les prix de l'immobilier en témoignent. Un département d'eau, bordé par l'océan, traversé par la Loire et de multiples rivières, l'Erdre, la Sèvre Nantaise, la Maine... qui a su préserver un patrimoine naturel très riche, des traditions variées, telles sont les raisons qui font que l'on aime la Loire-Atlantique.

Pour Paraître dans notre guide touristique de la Loire-Atlantique

Commune, office de tourisme, simple particulier...

Nous recherchons des correspondants pour mettre en valeur les villages pittoresques des régions, villages de caractères, plus beaux villages, les lavoirs, les jardins remarquables... (photos et descriptions) sur notre site www.sejour-touristique.com. Si l'idée vous séduit, utilisez la rubrique contact sur le site.

 

Devenez partenaire si vous êtes professionnel !

Demander des renseignements via notre formulaire de contact, découvrez le détail de nos prestations et les modalités d'inscription dans notre guide touristique ! 

Soyez vu : Dans nos pages, Sur l'agenda, sur l'Annuaire,  Présentez votre entreprise sur notre blog,

Votre hébergement sur nos pages. - Participez au forum.

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise de Loire-Atlantique

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise.

Vous organiser une manisfestation, un événement, une fête, Proposez vos sorties locales, choisissez le type d'activité (rando. soirée dansante...) sur notre « Agenda ».L'inscription et l'utilisation du site sont 100% GRATUITES et ILLIMITÉES voir les conditions d'Utilisations du site.

Cordialement

Vous souhaitez mettre votre activité en avant ? Votre pub sur nos pages ; prenez "contact" via le formulaire

Découvrez des séjours touristiques dans la Loire-Atlantique

  • Séjour balade à la Baule-les-pins et en Bretagne Sud

    labaule-10.jpg

    Au contact des espaces naturels de la Loire-Atlantique, mettez vos sens en éveil pour vos vacances : marais salants, marais de Brière, Guérande, ou encore le Golfe du Morbihan font le bonheur des touristes ! Ici, les plaisirs se partagent lors de ce séjour en tout inclus

    486.00€ TTC

    Détails

  • Séjour Tourisme et thalassothérapie à la Baule

    Chambre.jpg

    Entre Bretagne et Vendée, découvrez La Baule. Cette station balnéaire élégante de la Côte d'Amour mélange de raffinement et douceur de vivre. On ne peut rêver plus bel endroit que la belle et longue plage de sable fin de la Baule sur la côte d'Amour pour s'offrir un séjour remise en forme thalasso de 8 jours/7 nuits en tout inclus ! Rêve de tout curiste.

    759.00€ TTC

    Détails

Découverte touristique de la Loire-Atlantique

Pour vous accompagner et vous guider de façon plus claire dans votre découverte de la Loire-Atlantique, nous avons sélectionné plusieurs site, vous pouvez trouvez aussi des informations touristiques, des sites et adresse via notre annuaire touristique : "en savoir plus"

Si vous aussi, vous connaissez un site internet digne d'intérêt sur la région, vous pouvez l'inclure.

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir la Loire-Atlantique avec notre guide touristique lors d'un séjour à la carte. Prenez contact pour des informations sur les séjours touristiques

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir nos régions lors d'un séjour de vacances ou autre. Offrez-vous une pause nature avec des séjours touristique en tout inclus, Un séjour avec activitée pour tous, vous êtes seul(e) en famille monoparentale ou un groupe d'amis : célibataires ou séniors solos ou en couple.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/12/2016