Midi-Pyrénées : Histoire

Des Cathares à nos jours, la richesse de l'histoire du Midi-Pyréénées

De l'histoire des Cathares à nos jours, il aura fallu plusieurs siècles aux Midi-Pyrénées pour se construire en tant que région administrative et devenir le territoire qu'elles représentent aujourd'hui. Ce passé historique est aujourd'hui une véritable richesse car il a façonné à la région avec une identité très forte, dont ses habitants sont fiers.

Antiquité

Vers -500  avant J.C., une grande nation gauloise, les Volques, prend ses quartiers dans la région et vers -300 avant J.C., l'une de leurs tribus, les Tectosages, s'établit à Toulouse. Bonnes terres, bonnes positions, ils s'enrichissent.

Au Ier siècle avant J.-C., la romanisation arrive. Tolosa : Toulouse et Lugdunum Convenarum : Saint-Bertrand-de-Comminges prospèrent en troquant les blés de la région contre du vin italien. Puis au Ier siècle après J.-C., le vin n'est plus italien mais entre autres de Gaillac. Les poteries, elles, viennent de Montans et de la Graufesenque : Millau. Toutes les villes gauloises se sont romanisées  : Cahors, Auch, Eauze, Albi...

Le christianisme se diffuse dans la région avec ses premiers martyrs toulousains. Au IIIe siècle, la dédicace par les Toulousains d'un sanctuaire à Saint-Sernin rappellera les martyres subis par l'évêque saint Saturnin. Dernier âge prospère de l'Antiquité finissante, le IVe siècle est marqué dans toute la région par une merveilleuse éclosion dans les campagnes, de grandes "  villas  " comme Elusa : Eauze, Seviac, Chiragan : Martres-Tolosane, Villa Valentine : Saint-Gaudens ou encore la Villa Montmaurin où des riches exploitants résident.

La fin de l'Antiquité est d'une courte embellie pour la région avant les invasions meurtrières des Vandales (406 après J.C.), les bien nommés. La légende veut qu'ils aient épargné Toulouse grâce aux mérites de son pasteur, Saint Exupère. Puis snobant Saint Exupère, les Wisigoths s'emparent de Toulouse. Ce sont les plus "  civilisés  " de tous les Barbares.

Le royaume wisigothique englobe bientôt l'Espagne et le Languedoc. Toulouse, qui a rang de capitale, vit un petit siècle d'or.

Le village gaulois - L'archéosite

Moyen-âge

En 507 après J.C., Clovis annexe la région, c'est la conquête franque. La légende raconte qu'il fonde alors l'abbaye de Moissac.

Au VIe siècle, des montagnards basques, les Vascons, investissent une plaine qu'ils nommeront "  Gascogne  ". En 778  : Charlemagne échoue dans sa conquête de l'Espagne. En repassant les Pyrénées à Roncevaux, une bonne partie de l'armée se fait étriper dans une embuscade. Roland, neveu de Charlemagne, aurait alors ouvert une brèche (la brèche de Roland) dans la montagne avec son épée Durandal pour permettre à l'armée de Charlemagne de s'échapper.

Puis, lors d'un ultime affrontement, Roland brise son épée et la lance au loin. Celle-ci se serait plantée dans le roc à Rocamadour. On accuse les Sarrasins mais ce sont en réalité les Gascons qui sont responsables. Le Languedoc et le pays toulousain serviront de base aux chrétiens d'Espagne en lutte contre les Arabes.

Au XIe siècle, la région se divise en comtés, Foix, Rouergue, Carcassonne et Toulouse, dont les comtes étendent bientôt leur influence sur tout le Midi. L'ordre de Cîteaux essaime sur toute la région.

En 1177  : Toulouse et Barcelone se disputent le Midi. Un des alliés de ce dernier, Trencavel, vicomte de Carcassonne, est aussi protecteur des Cathares. Le comte de Toulouse croit habile de dénoncer l'hérésie au pape. Cela s'avérera néfaste pour tout le Languedoc. En 1209, un écuyer du comte de Toulouse assassine le légat du pape, Pierre de Castelnau. C'est le début de la croisade dite des Albigeois menée par Simon de Montfort (1209-1213).

Les barons du Nord viennent combattre l'hérésie et s'octroyer de nouvelles terres. Le comte de Toulouse hésite entre leur prêter main-forte ou secourir ses vassaux. Ses atermoiements lui coûteront ses états, qui reviendront dans l'escarcelle de Saint Louis, et peu à peu, la France que l'on connaît prend corps. La lutte dure vingt ans et se termine le 12 avril 1229 par le traité de Paris (ou de Meaux).

Une grande partie du Languedoc entre officiellement sous l'administration directe du roi. Dans le même temps se met en place l'administration royale. L'université de Toulouse est fondée en 1229, parrainée par l'ordre des Dominicains, prompts à défendre l'orthodoxie. Ils y excellent jusqu'à l'excès. La reprise de la croissance, aux XIIe et XIIIe siècles, a comme conséquence la mise en place du réseau des bastides, castelnaus et sauvetés.

De la Renaissance à la Révolution

Au début du XIVe siècle, avec la guerre de Cent Ans (peste, brigandages), Toulouse perd la moitié de sa population. Le Languedoc restera désormais attaché à la dynastie légitime. Son loyalisme est récompensé par la mise en place d'institutions, qui jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, devaient dessiner son visage administratif  : le parlement de Toulouse et les Etats du Languedoc.

Vieille terre d'hérésie, le Midi Toulousain se montre particulièrement réceptif aux doctrines des Réformateurs du XVIe siècle. La plupart des villes possède une église calviniste et des villes comme Castres, Montauban, Millau ou Pamiers sont administrées par des consuls réformés. L'expulsion des protestants de Toulouse le 17 mai 1792 donne le signal des guerres de religion, avec, pour conséquences, quarante années de dévastations.

A cette même période c'est l'âge d'or du pastel, plante tinctoriale, dont les feuilles donnent un bleu profond, prisé pour la teinture des draps. Il fait la fortune des grands marchands toulousains comme Pierre d'Assézat. Cependant, les guerres de religion et la concurrence de l'indigo ruinent la production du pastel alors cultivé dans le Lauragais et l'Albigeois. Le roi ayant retiré aux états de la province le droit de voter et de répartir les impôts, le Languedoc se soulève en 1629.

Le gouverneur, le duc de Montmorency, qui se joint au mouvement, est battu au combat en 1632. Condamné à mort par le Parlement de Toulouse, il est décapité dans la cour du capitole. Désormais, la région se tiendra tranquille, d'autant qu'à Alès, Richelieu signe l'édit de grâce qui met fin au cycle infernal des guerres de religion.

De la fin du XVIe au début du XVIIIe siècle, la région subit de nouveau des fléaux tels que la famine et l'épidémie. A partir de 1715, le Midi Toulousain bénéficie de l'apaisement des luttes religieuses et sociales et de la politique de modernisation menée par les états provinciaux. La culture du maïs prend de l'ampleur, transformant complètement la campagne toulousaine.

Parallèlement se développent les activités industrielles, l'extraction du minerai de fer des Pyrénées et à Carmaux, la métallurgie et la verrerie à Foix, la draperie à Albi, Castres, et Montauban. Plus spectaculaire est l'amélioration des voies de communication, comme le Canal du Midi construit de 1666 à 1681 par Pierre-Paul Riquet et les réseaux routiers. Les départements actuels reçoivent en 1808 leurs limites, avec la création du Tarn-et-Garonne.

De la Révolution au XXIe siècle

A partir des années 1850, la région connaît un fort mouvement d'exode en l'absence d'une économie prospère, malgré les industries minières : Decazeville, Carmaux, la métallurgie : Pyrénées, Saut du Sabo, les mégisseries : Mazamet, Graulhet ou encore les draperies : sud du Tarn, Pyrénées. Entre 1851 et 1954, la région perd le quart de sa population  ! Alors que la ville de Toulouse ne cesse de grandir.

Il faudra attendre encore de longues années après la fin de la Seconde Guerre mondiale pour qu'apparaissent les premiers signes annonciateurs d'un renouveau inespéré. L'arrivée des rapatriés d'Afrique du Nord, quelques succès industriels : Caravelle, le choix de Toulouse comme métropole recevant de l'Etat de grands équipements et des activités nouvelles...

Dès les années soixante le frémissement s'annonce. C'est bien par Toulouse que s'est amorcé ce renouveau économique qui ne cesse de se développer.

Quelques dates plus près de nous  !

1870  : création de la Dépêche du Midi.

1871  : création de la Commune de Toulouse.

1919  : inauguration des services réguliers aériens Toulouse-Barcelone-Maroc.

1920  : barrage hydraulique dans les Pyrénées.

1942-1945  : la Résistance française met à profit la porosité des Pyrénées pour acheminer hommes et armes d'Espagne.

1960  : formation de la région Midi-Pyrénées.

1969  : premier vol du Concorde à Toulouse.

1986  : la région Midi-Pyrénées devient une collectivité territoriale.

De nos jours : Un peu plus près des étoiles

De Saint-Exupéry à la station Mir et de l'Aéropostale à l'Aérospatiale, Toulouse et Midi-Pyrénées se sont peu à peu installées, comme le chantait le groupe toulousain Gold, "  un peu plus près des étoiles  ". Les passionnés de ciel et d'espace peuvent retrouver en plusieurs endroits les marques de l'affinité régionale pour les choses célestes.

Tout commence, sans doute, dans une ville rose qui tisse, depuis quelques lustres, sa longue histoire d'amour à l'aéronautique. Flash-back...

Tout a commencé en 1890, quand l'ingénieur français Clément Ader, originaire de Muret, met au point le premier avion. Le 9 octobre 1890, il décolle et parcourt quelques dizaines de mètres à bord de l'Eole, dans le parc du château d'Armainvilliers, en Seine-et-Marne. Clément Ader est consacré "  Père de l'aviation  ".

La région jouera un rôle important dans le développement de l'aéronautique. Le 17 décembre 1903, les frères Wilbur et Orvile Wright volent à bord d'un avion avec moteur à hélice. Puis, le 12 novembre 1906, le Brésilien Santos Dumont réalise à Paris le premier vol authentifié par les autorités. Le 25 juillet 1909, Louis Blériot traverse la Manche à bord d'un avion monoplan.

La guerre mondiale de 1914-1918 fait évoluer l'aviation rapidement et le gouvernement français décide, en 1928, de créer un ministère de l'Air. Des instituts scientifiques sont fondés à Paris, Lille, Marseille et Toulouse afin d'étudier l'aéronautique. Cette politique a pour but de développer la production aéronautique française et de pouvoir rivaliser avec les autres constructeurs d'avions.

Des usines d'aviation s'installent dans la région toulousaine : Latécoère, Bréguet et un service commercial débute dès 1927. C'est le début de l'Aéropostale et des aventures de ses héros : Mermoz, Saint Exupéry... qui amènent leurs avions jusqu'au Chili. La Seconde Guerre mondiale va voir de nombreux perfectionnements en aéronautique. Toulouse devient un centre de l'aéronautique avec son Ecole Nationale Supérieure de l'Aviation Civile et son Centre National d'Etudes Spatiales.

En 1952, l'industrie aéronautique met en service le premier avion à réaction, bientôt suivi par la Caravelle, un nouvel appareil construit par l'entreprise toulousaine Sud Aviation qui continuera son développement en coopérant avec l'Allemagne, la Grande Bretagne, l'Italie et l'Espagne et construira une nouvelle série d'avions  : les Airbus.

En choisissant Toulouse comme l'une des grandes métropoles d'équilibre du pays, l'Etat, depuis le début des années 1960, a donné une impulsion décisive au développement de la ville rose. Dotée des grands équipements publics à vocation régionale : universités, centres de recherche, hôpitaux, aéroport..., la capitale régionale a bénéficié d'importantes décentralisations visant à renforcer sa vocation aéronautique  : grandes écoles de l'aéronautique, Centre national d'études spatiales (CNES), Météo France.

Dans les années soixante, premier succès, sur le marché mondial, de Concorde : le 1er octobre 1960, le Concorde s'envole dans le ciel de Blagnac à 15h38 et franchit le mur du son. Ce bijou technologique marquera l'histoire de l'aviation civile. Néanmoins, si la technologie est révolutionnaire, et peut-être même pour cette raison, l'accueil du marché est loin d'être à la hauteur des ambitions.

A Toulouse, ne seront oubliés ni l'échec commercial, ni les avancées technologiques, ferments du succès d'Airbus Industrie. Le programme de l'Airbus A300 est lancé, la Société Nationale Industrielle Aérospatiale (S.N.I.A.S) et le G.I.E-Airbus-Industrie sont créés. 1971 annonce la fusion de Bréguet et Dassault, puis, en 1977, le Concorde a l'autorisation de se poser à New York. L'A310 prend son premier envol en 1982.

A la même date, se créent le G.I.E et l'ATR. En 1983, a lieu le premier vol de l'A300-600 créé en 1980. Le lancement de l'ATR 72 se fait en 1985. Puis, en 1986, L'A320, lancé en 1984, exécute son premier vol. C'est en 1987 que seront lancés les programmes A330 et A340. Tout logiquement, en 1988, l'usine de montage d'Airbus à Colomiers, près de Toulouse, voit le jour. 1989 marque l'installation du bureau d'étude d'Aérospatiale à Saint-Martin-du-Touch et du G.I.E à Blagnac. En 1994, l'A321 procède à son premier vol.

Depuis, l'industrie n'a cessé de se développer, dans l'aviation bien sûr, mais, aussi, dans les secteurs de l'électronique et de l'espace. Le 27 juin 2003 a sonné la fin d'une époque avec le dernier vol du légendaire Concorde qui finit sa course sur les pistes d'Airbus à Saint-Martin-du-Touch, signant un retour à la case départ pour une retraite bien méritée.

Enfin, le 27 avril 2005 est marqué par le plus grand défi de l'ère de l'aéronautique européenne : le premier vol du gros porteur A380 qui a demandé la construction d'une des plus grandes usines aéronautiques du monde " l'Aéroconstellation ", un site de 180 hectares employant plus de 3 000 salariés directement et 6 000 indirectement. Après des décades d'union, le mariage de Toulouse et de l'aéronautique semble plus solide que jamais...

Les visites peuvent commencer  : usine Clément Ader de l'Aérospatiale et la Cité de l'Espace, d'abord, mais encore, pour s'approcher des étoiles, l'Observatoire du Pic du Midi à La Mongie et la Ferme des étoiles à Mauroux dans le Gers. C'est, en outre, dans le Lot, au coeur du Parc régional naturel des Causses du Quercy qu'est estampillé le seul "  triangle noir  " de France, un petit coin de terre exempt de pollution lumineuse qui rend presque idéale l'observation du ciel...

Visiter le patrimoine et les monuments de Midi-Pyrénées

Découvrez les lieux touristiques de Midi-Pyrénées

Informations touristiques du Midi-Pyrénées

 
 

Pour Paraître dans notre guide touristique du Midi-Pyrénées

Commune, office de tourisme, simple particulier...

Nous recherchons des correspondants pour mettre en valeur les villages pittoresques des régions, villages de caractères, plus beaux villages, les lavoirs, les jardins remarquables... (photos et descriptions) sur notre site www.sejour-touristique.com. Si l'idée vous séduit, utilisez la rubrique contact sur le site.

 

Devenez partenaire si vous êtes professionnel !

Demander des renseignements via notre formulaire de contact, découvrez le détail de nos prestations et les modalités d'inscription dans notre guide touristique ! 

Soyez vu : Dans nos pages, Sur l'agenda, sur l'Annuaire,  Présentez votre entreprise sur notre blog,

Votre hébergement sur nos pages. - Participez au forum.

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise de Midi-Pyrénées

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise.

Vous organiser une manisfestation, un événement, une fête, Proposez vos sorties locales, choisissez le type d'activité (rando. soirée dansante...) sur notre « Agenda ».L'inscription et l'utilisation du site sont 100% GRATUITES et ILLIMITÉES voir les conditions d'Utilisations du site.

Cordialement

Vous souhaitez mettre votre activité en avant ? Votre pub sur nos pages ; prenez "contact" via le formulaire

Découvrez des séjours touristiques en Midi-Pyrénées

Aucun produit à afficher

Découverte touristique du Midi-Pyrénées

Pour vous accompagner et vous guider de façon plus claire dans votre découverte du Midi-Pyrénées , nous avons sélectionné plusieurs site, vous pouvez trouvez aussi des informations touristiques, des sites et adresse via notre annuaire touristique : "en savoir plus"

Si vous aussi, vous connaissez un site internet digne d'intérêt sur la région, vous pouvez l'inclure.

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir le Midi-Pyrénées avec notre guide touristique lors d'un séjour à la carte. Prenez contact pour des informations sur les séjours touristiques

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir nos régions lors d'un séjour de vacances ou autre. Offrez-vous une pause nature avec des séjours touristique en tout inclus, Un séjour avec activitée pour tous, vous êtes seul(e) en famille monoparentale ou un groupe d'amis : célibataires ou séniors solos ou en couple.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 19/12/2016