Ariège patrimoine et histoire (09)

Patrimoine, monuments et sites touristiques de l'Ariège

Quoi faire dans l'Ariège ? Séjour touristique en France dans ses pages énumères les lieux avec des classifications touristiques officielles aux alentours et d'autres lieux d'intérêt à visiter dans l'Ariège dans le Midi-Pyrénées qui devraient servir d'inspiration si vous êtes en vacances. Notre guide du patrimoines et de l'histoire de l'Ariège  à pour but de vous faire découvrir les monuments, le patrimoine et l'histoire de l'Ariège.

L'Ariège, c'est 14 000 ans d'histoire au coeur des Pyrènées.

L’Ariège est un souvenir vivant de l’histoire mouvementée et passionnée des Hommes. Elle conserve en son sein les plus beaux joyaux de l’art, de l’architecture et du savoir-faire humain. Revivez, tout au long de vos vacances ce voyage dans le temps, la force de ces témoignages.

Le patrimoine ariégeois est immensément riche et dans de nombreux domaines : un patrimoine naturel, incroyable de diversité et d'authenticité, un patrimoine culinaire traditionnel et très rustique, un patrimoine historique que toutes les régions de France nous envie avec nos 14 000 ans d'histoire, les grottes peintes authentiques, les châteaux cathares, les abbayes.

Mais le plus beau patrimoine de ce département ce sont les Ariégeois, uniques, râleurs, têtus, mais francs, accueillants, sympathiques et profondément attachants.

Les bastides d'Ariège

Les bastides d'Ariège sont les suivantes : La Bastide-de-Besplas, La Bastide-de-Bousignac, La Bastide-de-Lordat, La Bastide-du-Salat, La Bastide-de-Sérou, La Bastide-sur-l'Hers, Campagne-sur-Arize, Mazères, Mirepoix, Montjoie-en-Couserans, Rimont, Roquefixade, Tarascon-sur-Ariège, Villeneuve-d'Olmes, Villeneuve-du-Bosc, Villeneuve-du-Paréage.

A quelques minutes de Niaux, dans la vallée de Vicdessos, le petit village de Siguer possède une maison Renaissance, de 1587, qui, selon la tradition, aurait été le rendez-vous de chasse des comtes de Foix. Les pans de bois sculptés de la façade en font un bâtiment exceptionnellement beau.

Les couverts en bois sculptés de Mirepoix, datant du XIIe siècle, les maisons à colombages de Foix, bien cachées dans les ruelles de la vieille ville, les orris des bergers, constructions rustiques en pierres sèches, les châteaux particuliers datant des XVIIIe et XIXe siècles, sont autant de constructions chargées d'histoire et de témoignages sur le génie créatif des hommes.

Les cathare en Ariège

Citadelles en ruine d'un côté, fastes célébrations d'un catholicisme triomphant de l'autre... L'Ariège porte les traces, soit visibles, soit enfouies au plus profond des mémoires, des sanglantes croisades menées au XIIIe siècle pour défaire l'hérésie cathare. Bien des sites et des villes conservent aujourd'hui la marque, et, quelquefois, l'âme de ce qui fut une religion méconnue au temps de la civilisation occitane ancienne qui était celle des troubadours, de la tolérance, de la démocratie et de l'amour courtois...

Le catharisme, en fait, demeure mal connu de beaucoup, car appréhendé via des documents provenant plus ou moins directement de l'Inquisition. La désignation " cathare " vient du grec catharos signifiant " les purifiés ". Les Cathares eux-mêmes ne se dénommaient que bons chrétiens ou bonshommes.

Ni adorateurs du soleil, ni doués de pouvoirs surnaturels, les Cathares étaient donc des chrétiens. Ils pensaient toutefois que leur monde était trop terrible pour être l'oeuvre du seul Dieu. Ils croyaient ainsi en un second principe créateur. Ils ne pensaient pas que le bon arbre puisse porter de mauvais fruits (parabole du bon et du mauvais arbre dans l'Evangile selon saint Jean). Dieu, selon eux, ne pouvait être à l'origine du mal. Pour résoudre ce dualisme latent, ils opposaient le bas monde au Royaume du Père. Il y avait ainsi, pour eux, deux créations, deux créateurs mais un seul Dieu : le Père.

Alors que la religion cathare gagnait tout le Midi médiéval, le pape lança la croisade. Celle-ci devint vite une guerre de conquête, tant les enjeux politiques apparaissaient comme puissants. Difficile en effet, de parler des Cathares, et de la croisade contre les Albigeois, sans parler de l'importance politique de ces événements dramatiques. Deux volets sont à distinguer dans cette approche.

Tout d'abord, il y a la mobilité de la maison de Toulouse, dont les comtes cherchaient manifestement à se retirer de la dépendance française. Ensuite, il y avait véritablement un risque de " concurrence " pour l'Eglise romaine. En effet, celle-ci était en difficulté du fait de l'instabilité du royaume de Jérusalem et des problèmes inhérents aux croisades, qui recevaient de moins en moins de participation et qui étaient souvent détournées à des fins militaires par les chevaliers croisés.

D'un point de vue strictement politique, il est clair que le traité de Paris (traité de Meaux) de 1229 fut un véritable couperet aux volontés d'indépendance du Midi vis-à-vis du royaume de France. Le comté de Toulouse était, géographiquement et économiquement, presque aussi riche que le reste du royaume de France. Malheureusement, les positions mouvantes et indécises des seigneurs occitans lui furent fatales.

Les nombreuses dissensions entre les seigneurs locaux, tout au long des événements furent un élément de plus dans l'effondrement du Languedoc. Les interventions directes des rois de France ont achevé le rattachement de l'ancien comté de Toulouse et de Provence à la France. La mort d'Alphonse de Poitiers, frère de Saint-Louis et de Jeanne, dernière représentante de la lignée de Toulouse en 1271, tourne définitivement une page de l'Histoire.

Montségur et sa citadelle perchée, demeure un haut symbole de la résistance cathare. 225 Cathares y périrent brûlés pour avoir défendu leur foi.

Architecture militaire de l'Ariège

Même si la quasi-totalité des châteaux en Ariège sont aujourd'hui en ruines ou ont entièrement disparu, ils doivent être mentionnés comme témoins d'une époque révolue et symboles encore vivants et présents de périodes trop souvent marquées par les guerres et les affrontements. Le seul château parfaitement conservé et dont la construction s'étala sur plusieurs siècles, est le château de Foix.

Le plus célèbre, bien que partiellement détruit, est celui de Montségur. D'autres, au cours du Moyen Age, ont joué un rôle majeur : Péreille, Château-Verdun, La Garde, Mirabat, Miglos, Montréal-de-Sos, objet de fouilles actuelles, Pailhès, Quié... et bien d'autres encore.

Le château de Foix en Ariège

La visite du Château de Foix permet de découvrir l'Architecture de ce monument ainsi que des expositions permettant d'aborder différents aspects de la vie au Moyen-âge dans le comté de Foix et l'Ariège. Ce château fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1840.

Château de Montségur en Ariège

Sur place à Montségur, vous serez accueilli au comptoir d'accueil de l'Office au centre du village : jours et heures d'ouverture variables suivant les périodes de l'année - fermeture en janvier.

Vous y trouverez toute la documentation touristique relative à l'Ariège, ainsi qu'au pays cathare audois. Vous disposerez ainsi de tous les renseignements pour découvrir après Montségur toutes les autres merveilles alentours : les châteaux de Foix, de Roquefixade, de Puivert, la cité médiévale de Mirepoix, le village fortifié de Camon classé "Plus beaux villages de France", le musée du textile à Lavelanet, la mine de talc de Luzenac, la rivière souterraine de Labouiche, les grottes préhistoriques, la fontaine intermittente de Fontestorbes...

L'Office de Tourisme de Montségur est à votre disposition toute l'année pour répondre à vos demandes : Office de Tourisme de Montségur - 104, Village - 09300 MONTSÉGUR - Tel : 05 61 03 11 27 Plus d'information : Monségur

Le Château de Miglos en Ariège

Placé à un point stratégique de la vallée du Vicdessos, ce fort défendait, au moyen-âge, outre l'accès au territoire de Miglos, une grande partie de la contrée.

Au sommet inaccessible de toute part (750m), excepté au Sud du côté du village d'Arquizat ce dresse les ruines imposante du vieux château féodal. La plate-forme où est construit le château mesure environ 100 mètres de long sur 30 mètres de large.

L'enceinte est en forme d'ellipse. Au nord de celle-ci subsiste, sur la partie la plus élevée du roc, un ensemble quadrangulaire, d'environ 22 mètres sur 24 mètres. Plus d'information : Château de Miglos

Le château d'Usson en Ariège : Sa première mention est de 1035, mais il est probable que sa création remonte à la fin du 10ème siècle. Plus d'information : Château d'Usson.

Le chateau de Roquefixade en Ariège : Le village - 09300 ROQUEFIXADE

Juché au sommet d'une impressionnante falaise, la forteresse de Roquefixade, depuis le XIème siècle, fait face à celle de Montségur.

Le château de Lagarde en Ariège : Situé non loin de Mirepoix, ce château en ruines est impressionnant par sa dimension, sa situation géographique et ses beaux vestiges

Le Château du Mirabat en Ariège : Ce château en ruines est uniquement accessible à pied

Architecture religieuse de l'Ariège

Eglises romanes.

L'Ariège est connue pour ses paysages, ses forêts, ses montagnes et la luxuriance de sa végétation. Elle mérite aussi d'être visitée pour la floraison d'églises qu'elle abrite, jusque dans les hameaux les plus reculés. Trois édifices méritent une attention particulière : la cathédrale de Saint-Lizier, Notre-Dame de Vals et Saint-Martin d'Unac.

Mais de nombreux autres villages abritent des églises remarquables, en général classées monuments historiques : Sainte-Suzanne, Mérens, Vernaux, Axiat, Arnave, Mercus, Saint-Jean-de-Verges, Saint-Félix-de-Tournegat, Vic-d'Oust, Soueix... La liste pourrait être considérablement allongée.

Qu'elles soient du premier art roman (XIe siècle) ou plus tardives, elles émeuvent par la rusticité de leurs lignes, surprennent par la qualité architecturale de leurs constructions et laissent admiratifs devant les objets d'art et autres statues ou retables qu'elles renferment.

Au-delà de leur signification religieuse, les églises romanes d'Ariège constituent un témoignage exceptionnel du savoir-faire des ouvriers et compagnons du Moyen Age (certaines églises ont plus de 1 000 ans !) et l'on médite sur la solidité de cette beauté qui a traversé tant de siècles.

Cathédrale cloître et trésor de Saint-Lizier en Ariège

La cathédrale qui date des XIIe, XIVe et XVe siècles, est un monument historique français. Elle possède un superbe cloître roman, lui aussi répertorié comme monument historique.

Dans l'église Saint Lizier on découvre un ensemble de fresques du XIeme siècle constituant "les premières grandes peintures romanes à nous être parvenues pour la région pyrénéenne. Oeuvre d'un atelier d'origine italienne ayant travaillé à Saint Lizier vers l'an 1080, elles développent dans le registre inférieur un cycle de l'incarnation et dans le registre supérieur un collège d'apôtres. Plus d'information : Saint-Lizier

Ouvrages d’art de l'Ariège

 

Les coups de cœur de séjour touristique en France dans l'Ariège

Hébergement :

Restauration :

Visiter le patrimoine et les monuments de l'Ariège

Découvrez les lieux touristiques de l'Ariège

Visiter le patrimoine et les monuments de Midi-Pyrénées

Informations touristiques de l'Ariège

 
 

Histoire de l'Ariège

14 000 ans d'histoire, c'est la période couverte par l'Ariège.

Des grottes préhistoriques aux grottes minières du XIXe siècle, le département de l'Ariège possède un patrimoine historique exceptionnel. Gaston Phoebus, les magdaléniens et aziliens, les cathares, la guerre des Demoiselles, les guerilleros espagnols et autres francs-tireurs partisans, Delcassé, Delpech, Clausel jusqu'à notre actuel président du Sénat (au moment où nous écrivons ces lignes), l'Ariège fourmille de grands hommes et de grandes idées.

Préhistoire

Nos ancêtres les Magdaléniens... C'est ainsi que débute l'histoire connue de l'Ariège environ 15 000 ans avant J.-C. Avec la Dordogne, le département est le plus riche en grottes ornées du paléolithique supérieur, entre 30 000 et 10 000 ans avant J.-C. Les grottes de Niaux, de la Vache, à Alliat, de Bédeilhac, se rattachent notamment à cette époque.

Un peu plus tard, soit 8 000 ans avant Jésus-Christ, le thermomètre est remonté de quelques degrés et l'on rentre dans la période de l'azilien, du nom de ce gigantesque ensemble souterrain qui se déploie dans une succession de salles et de galeries, au coeur même du Plantaurel, aujourd'hui sur la commune du Mas-d'Azil. Mais cette grotte a été occupée depuis l'époque moustérienne (c'est plus ancien !) environ 50 000 ans avant Jésus-Christ.

Antiquité

Au début de notre ère. César aurait mis le pied sur le sol gallique vers l'an 58 avant Jésus-Christ. L'Ariège actuelle était alors habitée par divers peuples d'origine ibérique, du moins dans la région du comté de Foix. Les Romains ont laissé de nombreuses traces de leur passage : routes, monuments, grosses tours carrées, restes de camps, monnaies, objets divers...

A partir du IIIe siècle, le christianisme commence à apparaître grâce à Saturnin (plus connu sous le nom de saint Sernin) et à ses disciples. L'évêché du Couserans est créé avec saint Valère ou Valier comme premier titulaire. Le temps passe vite, même lors des premiers siècles de notre ère, et au VIIIe siècle, d'après la légende, saint Lizier aurait défendu par ses prières la capitale Lugdunum Consoronarum contre les Wisigoths et serait parvenu à la sauver. C'est à lui que la ville doit son nom actuel.

Moyen-âge

Mais voici que se profile la haute silhouette de l'empereur à la barbe fleurie, le grand Charlemagne. Nous sommes au VIIIe siècle. Vers 780, bien décidé à en découdre avec les envahisseurs, Charlemagne remonta le cours de l'Ariège et campa dans la petite plaine de Tarascon, dans un lieu que l'on nomme encore aujourd'hui le Pré Lombard ; Charlemagne y aurait livré une glorieuse bataille le 8 septembre.

A la suite d'une apparition miraculeuse, c'est en cet endroit encore que fut construit le sanctuaire de Notre-Dame-de-Sabart, en reconnaissance de la victoire qui affranchit le pays de l'oppression des Sarrasins. Création du Comté de Foix. 1002, date importante entre toutes, est peut-être la plus digne d'être retenue. Cette année-là est rédigé le premier document faisant mention du pays et du château de Foix : c'est la création du comté de Foix.

Les comtes de Foix vont faire du Sabarthès une zone quasiment inviolable comprenant dix-sept châteaux forts et six grottes fortifiées. 1208, deuxième date majeure pour le Languedoc et pour l'histoire du département, et dont les conséquences sont encore vivaces. En janvier, Pierre de Castelnau, légat du pape, est assassiné.

Philippe Auguste, le roi de France, cède aux instances du pape Innocent III et appelle à la croisade contre les hérétiques cathares, laquelle va dégénérer en massacres et en expropriations. Le Nord catholique et pauvre se rue sur le Midi cathare fort riche. Un homme, Simon de Montfort, prend la tête de la croisade contre les Albigeois, et devient férocement célèbre dans tout le Languedoc.

A partir de 1204, le château de Montségur devient un des hauts lieux, physiques et spirituels, du catharisme. Il va subir quatre sièges dont trois infructueux jusqu'au fatidique mois de mars 1244. Et Montségur tomba. 750 ans plus tard, le fracas de sa chute fait encore trembler le Languedoc. Le 16 mars 1244, plus de 200 Cathares montèrent sur le bûcher, en un lieu que l'on appelle aujourd'hui Le Prat dels Cremats, le Pré des Brûlés.

Pas un ne renonça à ses croyances et l'on rapporte qu'ils se jetèrent volontairement dans les flammes, sans un cri, sans une plainte. Pour commémorer le 750e anniversaire de la chute de ce dernier bastion symbolique du catharisme, une stèle - en fait un énorme bloc de granit de la montagne ariégeoise - a été inaugurée le 16 mars 1994, au pied de la citadelle.

Elle porte ces mots : " En ce lieu, le 16 mars 1244, plus de 200 personnes ont été brûlées. Elles n'avaient pas voulu renier leur foi. " Malgré ces temps troublés, le XIIIe fut aussi une période de reconstruction politique et sociale. Un grand nombre de villages, villes ou bourgs furent érigés en communes avec des chartes très libérales et purent s'adonner à l'agriculture et à l'industrie.

Quelques nouvelles villes appelées bastides furent créées : Saint-Ybars en 1241, Mazères en 1252, La Bastide-de-Sérou en 1256, Le Mas-d'Azil en 1286... Après les orages qui viennent d'assombrir le ciel du comté de Foix, un soleil se lève qui a pour nom Gaston Fébus. Le plus célèbre des comtes de Foix, qui gouverne de 1345 à 1391, va donner un lustre éblouissant à son comté ainsi qu'à celui du Béarn.

C'est ainsi qu'en 1390 il reçoit Charles VI, roi de France, dans son château de Mazères où avaient lieu, régulièrement, de somptueuses fêtes lorsque la guerre laissait quelque répit aux seigneurs et aux chevaliers.

De la Renaissance à la Révolution

Des années 1630 datent, sur ordre de Richelieu, la destruction et le démantèlement de presque tous les châteaux et toutes les fortifications de l'Ariège. Terrible décision qui serre le coeur aujourd'hui encore, lorsque le touriste et l'amoureux des vieilles pierres ne contemplent que quelques pans de ruines au lieu d'admirer un superbe et orgueilleux château fort. La politique a parfois des raisons qui indignent la raison...

Et survient 1789. Nourris de la tradition démocratique, les Etats de Foix célèbrent avec enthousiasme l'avènement de la Ire République et celles qui suivront. Une des conséquences importantes de la Révolution fut la division territoriale et administrative du royaume et la création des départements. Un décret de l'Assemblée nationale du 27 décembre 1789 crée le département de l'Ariège, avec Foix pour centre de l'administration, 3 districts et 28 cantons.

De la Révolution au XXIe siècle

Au sein de la nouvelle organisation de la France où Paris devient le centre, les Etats de Foix, jusque-là autonomes et relativement indépendants, se retrouvent dans un département excentré, loin des centres de décision du pays et voués déjà à un isolement néfaste. Le XIXe est le siècle de l'industrialisation ; l'Ariège voit la prolifération et le succès des forges à la catalane - grandes consommatrices de bois et de forêts pour fondre le minerai.

A l'aube du XXIe siècle, où les technologies nouvelles et en particulier celles de communication rapprochent les hommes et permettent d'accélérer les échanges, l'Ariège se dote d'infrastructures routières : tunnel du Puymorens, aménagement de la RN20, tunnel routier de Foix, autoroute l'Ariégeoise et d'accueil d'entreprises aptes à renouveler le territoire départemental (Cap Delta).

Parmi les points faibles, il faut citer un secteur agricole en régression, une population vieillissante, un taux de chômage dans la moyenne française (donc très élevé), et une industrie en perte de vitesse, avec notamment la fermeture du site Péchiney d'aluminium. Heureusement, le département possède d'incontestables atouts : un artisanat traditionnel mais vivace, une vie culturelle et associative en plein essor, une progression spectaculaire du secteur tertiaire, des relations internationales qui se développent puisqu'elles ont doublé de 1980 à 2000, notamment dans le textile et l'habillement, la métallurgie, les minéraux et le papier carton.

Mais un des secteurs clés de l'économie ariégeoise est, sans nul doute, celui des loisirs et du tourisme. L'offre culturelle est très diversifiée avec des festivals musicaux : Saint-Lizier, Lavelanet, des fêtes médiévales : Foix, Mazères, des animations, des fêtes locales... Le tourisme de santé et de mise en forme est particulièrement florissant à Ax, Aulus et Ussat-les-Bains.

Tant de richesses, d'espoirs et de forces ne doivent pas péricliter. Les premiers effluves d'un vent nouveau commencent à parfumer l'Ariège. Ce département détient les moyens d'un avenir plus lumineux, maîtrisé par les Ariégeois, s'il accepte le sang neuf venu d'ailleurs. Les différences ne se combattent pas, elles se complètent et s'ajoutent.

De nos jours

Intéressante et originale initiative de l'Agence de Développement Touristique de l'Ariège que sont les Routes du Catharisme et du Moyen Age. Les acteurs touristiques de l'Ariège et du Berguedà (en Catalogne espagnole) se sont associés dans une démarche commune de qualité et de gestion environnementale pour vous faire découvrir leurs régions.

Empruntez les Routes touristiques : de Découverte Economique, celles des Saveurs ou bien alors, celles du Catharisme et Moyen Age afn d'y visiter châteaux, sites touristiques, ateliers, exploitations, usines, musées... Au fil de la route, divertissez-vous en participant aux fêtes, festivals et manifestations qui se succèdent tout au long de la saison...

Offrez-vous une pause détente et gourmande pendant vos vacances en Ariège auprès des nombreux hébergements touristiques et restaurants, tous sélectionnés et engagés en gestion environnementale.

Pour Paraître dans notre guide touristique de l'Ariège

Commune, office de tourisme, simple particulier...

Nous recherchons des correspondants pour mettre en valeur les villages pittoresques des régions, villages de caractères, plus beaux villages, les lavoirs, les jardins remarquables... (photos et descriptions) sur notre site www.sejour-touristique.com. Si l'idée vous séduit, utilisez la rubrique contact sur le site.

 

Devenez partenaire si vous êtes professionnel !

Demander des renseignements via notre formulaire de contact, découvrez le détail de nos prestations et les modalités d'inscription dans notre guide touristique ! 

Soyez vu : Dans nos pages, Sur l'agenda, sur l'Annuaire,  Présentez votre entreprise sur notre blog,

Votre hébergement sur nos pages. - Participez au forum.

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise de l'Ariège

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise.

Vous organiser une manisfestation, un événement, une fête, Proposez vos sorties locales, choisissez le type d'activité (rando. soirée dansante...) sur notre « Agenda ».L'inscription et l'utilisation du site sont 100% GRATUITES et ILLIMITÉES voir les conditions d'Utilisations du site.

Cordialement

Vous souhaitez mettre votre activité en avant ? Votre pub sur nos pages ; prenez "contact" via le formulaire

Découvrez des séjours touristiques dans l'Ariège

Aucun produit à afficher

Découverte touristique de l'Ariège

Pour vous accompagner et vous guider de façon plus claire dans votre découverte des Hautes-Pyrénées, nous avons sélectionné plusieurs site, vous pouvez trouvez aussi des informations touristiques, des sites et adresse via notre annuaire touristique : "en savoir plus"

Si vous aussi, vous connaissez un site internet digne d'intérêt sur la région, vous pouvez l'inclure.

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir les Hautes-Pyrénées avec notre guide touristique lors d'un séjour à la carte. Prenez contact pour des informations sur les séjours touristiques

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir nos régions lors d'un séjour de vacances ou autre. Offrez-vous une pause nature avec des séjours touristique en tout inclus, Un séjour avec activitée pour tous, vous êtes seul(e) en famille monoparentale ou un groupe d'amis : célibataires ou séniors solos ou en couple.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 23/12/2016