La Creuse patrimoine et histoire (23)

Patrimoine, monuments et sites touristiques de la Creuse

Quoi faire dans la Creuse ? Séjour touristique en France dans ses pages énumères les lieux avec des classifications touristiques officielles aux alentours et d'autres lieux d'intérêt à visiter dans la Creuse dans le Limousin qui devraient servir d'inspiration si vous êtes en vacances. Notre guide du patrimoines et de l'histoire de la Creuse à pour but de vous faire découvrir les monuments, le patrimoine et l'histoire de la Creuse.

La Creuse fait partie de la région du Limousin. Elle est limitrophe des départements de la Corrèze, de la Haute-Vienne, de l'Allier, du Puy-de-Dôme, du Cher et de l'Indre. Le département est situé à l'extrémité nord-ouest du Massif central. Le plateau de Millevaches occupe le sud-est. Le département culmine à 932 m dans la forêt de Châteauvert, à Saint-Oradoux-de-Chirouze.

 

  • Quelques lanternes des morts subsistent au sud du département notamment à Saint-Goussaud.
  • Le pont de Sénoueix est situé à Gentioux-Pigerolles. C'est une véritable image d'Épinal du département. Le pont est inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis le 9 février 1990. Dans la même commune le Monument aux morts de la commune de Gentioux témoigne de la tragédie de la Grande Guerre.
  • La Tour Zizim a été construite, à Bourganeuf de 1483 à 1486, sur l'ordre de Guy de Blanchefort, elle abrita l'exil du prince ottoman Djem Sultan. La Tour Zizim est inscrite aux Monuments Historiques.
  • Quelques lanternes des morts subsistent au sud du département notamment à Saint-Goussaud.

Patrimoine naturel

  • Les Pierres Jaumâtres, situées au sommet du mont Barlot, près de Boussac sur la commune de Toulx-Sainte-Croix, sont un amas granitique comme on peut en rencontrer plusieurs dans le département de la Creuse, notamment au lieu-dit Rigole du diable. Elles constituent un site naturel classé.
  • La Cascade des Jarrauds, située à Saint-Martin-Château en Creuse fait partie de la rivière la Maulde.
  • La pierre aux neuf gradins est un site situé sur la commune de Soubrebost, à proximité de Pontarion.
  • L'étang des Landes : réserve naturelle nationale depuis 2004. Situé dans le Bassin de Gouzon, l'étang des Landes est le seul étang naturel du Limousin. D'une superficie d'environ 120 ha, il abrite une flore et une faune remarquable notamment en matière d'oiseaux. Les ornithologues passionnés pourront y retrouver en migration ou en nidification, hérons, grues, balbuzards, marouettes... et une pléiade de canards.

Musée

Le musée de l'électrification à Bourganeuf
  • Aubusson
    • Musée départemental de la tapisserie d'Aubusson
  • Bénévent-l'Abbaye
    • Scénovision de Bénévent-l'Abbaye
  • Bosmoreau-les-Mines
    • Musée de la Mine de Bosmoreau-les-Mines
  • Bourganeuf
    • Musée de l'électrification de Bourganeuf
  • Chéniers
    • Écomusée Tuilerie de Pouligny
  • Guéret
    • Musée de la Sénatorerie de Guéret

Architecture militaire de la Creuse

  • Le chateau de Jouillat La CreuzeLe Château de Boussac sur les traces de George Sand et de Pierre Leroux,
  • Le Château de Villemonteix,
  • L'ensemble rural des XVe siècle et XVIIe siècle du Domaine de Banizette situé à La Nouaille,
  • Le Château de Saint-Germain-Beaupré,
  • Le château du Théret.
  • La Tour Zizim a été construite, à Bourganeuf de 1483 à 1486, sur l'ordre de Guy de Blanchefort, elle abrita l'exil du prince ottoman Djem Sultan. La Tour Zizim est inscrite aux Monuments Historiques.

Architecture religieuse de la Creuse

 

Ouvrages d’art de la Creuse

Le pont de Sénoueix

Le pont de Sénoueix est situé à Gentioux-Pigerolles. C'est une véritable image d'Épinal du département. Le pont est inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis le 9 février 1990. Dans la même commune le Monument aux morts de la commune de Gentioux témoigne de la tragédie de la Grande Guerre.

Les coups de cœur de séjour touristique en France dans la Creuse

Hébergement :

Restauration :

Visiter le patrimoine et les monuments de la Creuse

Découvrez les lieux touristiques de la Creuse

Visiter le patrimoine et les monuments du Limousin

Informations touristiques de la Creuse

 
 

Histoire de la Creuse

Préhistoire

L'occupation des hommes de la préhistoire dans la Creuse est assez mal connue et difficile à dater. Toutefois, certaines découvertes attestent qu'au Paléolithique ils ont pénétré ces hautes terres depuis les régions sédimentaires en suivant les lignes de crête, certains outils vraisemblablement abandonnés lors des déplacements ont été retrouvés.

Du Néolithique (âge de l'agriculture), une quarantaine de dolmens et menhirs témoignent de la présence humaine. Dès le Chasséen (entre environ 4200 et 3500 avant J.-C.), des traces d'implantations sédentaires ont été mises à jour, mais elles sont peu importantes. De l'âge des métaux, très peu d'outils de cuivre ont été retrouvés, néanmoins il faut signaler que l'utilisation de ce minerai était rare, il servait essentiellement à la confection des éléments de parures.

Les sites de Crozant, la Chapelle-Saint-Martial, Gouzon et Saint-Hilaire-la-Plaine ont fourni les plus nombreux témoignages de l'âge du bronze (1800 à 1400 avant J.-C.). Dès cette époque, le gisement d'étain de Montebras est exploité.

A Crozant, Bazelat, Augères, Faux-la-Montagne et Saint-Maurice-la-Souterraine, le premier âge du fer a pu être reconnu, mais c'est surtout le second âge du fer qui est le mieux représenté dans les fouilles menées dans les premiers camps fortifiés des Châtres à Aubusson, à Crozant, au Puy-de-Gaudy à Sainte-Feyre, au Mont Bernage.

Antiquité

Les Lémovices habitent l'actuel département de la Creuse, tout comme l'ensemble du Limousin lorsque Jules César en 52 avant J.-C. conquiert le territoire. Les Lémovices connus pour leur production d'or extrait des mines à ciel ouvert, nombreuses dans la région. Habiles commerçants, ils étaient surtout spécialisés dans l'exportation et leur commerce s'étendait jusqu'aux côtes de l'Atlantique, ce qui a permis la prospérité du territoire.

Ils s'illustrèrent dans la résistance gauloise Ils envoyèrent 10 000 hommes sous les murs d'Alésia pour forcer les Romains à lever le siège de cette ville, et leur chef, Sédulius, périt dans la déroute de Vercingétorix. Commença alors la romanisation du territoire, qui ne bouleversa guère l'économie du Limousin. Dès le début de l'occupation romaine de nombreuses villaes (fermes) s'implantent.

On retrouve en particulier des oppida comme à Puy de Gaudy à 651 m d'altitude, près de Guéret, et à Toulx-Sainte-Croix où l'oppidum est à 650 m d'altitude avec une triple enceinte et des murs de six mètres d'épaisseur. La Souterraine est bâtie près du site de Breith, ancienne agglomération Lémovice. Des voies Romaines traversent la région avec un carrefour important à Ahun (Acitodunum) reliant Saintes à Lyon (Via Agrippa).

En 419, ce sont les Wisigoths, venus d'Orient par l'Italie, qui s'installent en Aquitaine avec l'accord de l'empereur Honorius. La région passe petit à petit sous le contrôle du roi wisigoth Euric.

Moyen-âge

La domination des Wisigoths entamée en 419 est de courte durée puisque dès 507, après la victoire de Clovis à Vouillé en 507, la région passe sous domination des Francs, elle est rattachée au royaume primaire d'Aquitaine. En 571, la peste sévie et décime la population. Dans le démembrement de l'empire carlovingien, la Marche (qui correspond en grande partie à l'actuelle Creuse) fut morcelée en de nombreuses petites seigneuries.

Elle ne fut pas épargnée par les ravages des Sarrasins et surtout des Normands. De 846 à 951 la région fut dévastée par de multiples intrusions. Les grands fiefs étaient autant de souverainetés indépendantes. Les seigneurs guerroient et érigent des forteresses, le peuple tente de vivre de l'agriculture et les religieux font édifier des abbayes et des monastères. Eglise et seigneuries laïques développent l'agriculture pour asseoir leurs rentes foncières...

Le chateau de crozant la creuzeLe Moyen Age dans toute sa splendeur ! En 857 les moines de l'abbaye-Saint-Martial de Limoges fondent un monastère à Chambon-sur Voueize ; l'abbatiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul à Evraux est déjà un important monastère au IXe siècle. A Ahun, les premières pierres de l'Abbaye de Moutier-d'Ahun sont posées en 997.

Du Xe au XIIIe siècle, les abbayes prospères comme celle de Bonlieu à Peyrat-la-Nonière. Les ordres religieux militaires, hospitaliers ou templiers sont très implantés sur le territoire. Les paysans ont beaucoup de peine à survivre de leurs lopins de terre et les hommes partent pour subvenir aux besoins de leurs familles, ils travaillent sur des chantiers de construction de grands édifices.

On trouve déjà traces de maçons de la Marche à la fin du Moyen Age (basilique Saint-Denis). En 1308 le comté de la Marche, hormis la terre de Combraille qui appartenait à la maison d'Auvergne, fut sous Philippe le bel réuni au domaine royal. Durant la guerre de Cent Ans (1337-1453) opposant les Plantagenêt aux Valois, les villes et les seigneurs du comté de la Marche restèrent fidèles à la cause du royaume de France.

De la Renaissance à la Révolution

Dès la fin du XVe siècle, dans les campagnes aubussonnaise et felletinoise, la petite économie drapière s'est reconvertit. La laine des traditionnels troupeaux de moutons va désormais permettre, sous l'influence d'un savoir-faire venu de Flandre, la fabrication de tapisseries. Les premières tapisseries connues d'Aubusson ont été tissées par les frères Augeraing (1501).

Toutefois, l'ensemble de la Marche n'est que très peu peuplée et cette nouvelle activité est très localisée. Aubusson est la seule ville de la Marche avec une industrie, un commerce et une population de 12 000 âmes. La fabrication de ses tapis, devient rapidement célèbre, elle occupe un nombre important de personnes.

Sous le règne de Henri III (1551-1529), les commerçants et artisans font entrer la religion réformée dans la Marche, mais elle n'y rencontre pas un grand succès auprès des locaux. Dans ce même temps, nombreux sont les hommes qui, au XVIe siècle, quittent cette pauvre région pour aller travailler à Lyon mais surtout à Paris sur les grands chantiers de construction.

A la fin du XVIIe siècle, sous l'influence de Colbert, des manufactures royales de tapisserie sont créées à Aubusson (1665) et Felletin (1685). Toutefois, lors de la révocation de l'Edit de Nantes en 1665, un grand nombre de tapissiers d'origine flamande et adeptes de la religion réformée devront fuir vers la Suisse et les Pays-Bas, emportant avec eux leur expertise, ils reviendront plus tard. Ainsi va la vie de la Marche jusqu'à la Révolution française.

Le département de la Creuse est créé le 4 mars 1790, essentiellement à partir de l'ancienne province de la Marche. Le chef-lieu du département de la Creuse est fixé à Guéret au détriment d'Aubusson pourtant plus active et plus peuplée. Pendant la période révolutionnaire, la Creuse n'eut pas à souffrir des tourmentes politiques : la terreur n'y fit pas couler le sang, les nobles peu nombreux émigrèrent ou se soumirent et les ventes des biens du clergé se firent sans scandale.

De la Révolution au XXIe siècle

Au cours des XIXe et XXe siècles, la Creuse connait les changements du reste de la France. L'émigration saisonnière et les dures conditions de travail sur les chantiers, journées de 12 à 13 heures, travaux dangereux sur les échafaudages, malnutrition, logements insalubres, ont créé très tôt un esprit politique d'opposition chez les creusois.

D'ailleurs le plus célèbre des maçons Creusois, Martin Nadaud (1815-1898) qui fut élu député en 1849 et en 1876 s'illustrera pour ses combat dans l'amélioration de la condition ouvrière, l'amnistie des communards et le développement de l'éducation gratuite pour tous. La Creuse a du mal à se séparer de son passé rural et agricole.

Faute de matières premières et de capitaux, la révolution industrielle est de faible ampleur. " Prendre les eaux " devient un phénomène de mode et Evaux rénove ses thermes en 1831. L'arrivée du chemin de fer en 1856 (Guéret ne sera desservi qu'en 1864), ouvre sur le reste du pays et accroit le phénomène de migration. Initialement saisonnière, l'émigration devint définitive au début du XXe siècle, la Creuse perd la moitié de sa population entre 1850 et 1950.

Au XIXe siècle, ils participent -notamment comme plâtriers, métier censé être parmi les plus pénibles- à la construction du Paris du baron Haussmann. Initialement temporaire de mars à novembre. On retrouve dans le livre de Martin Nadaud "Mémoires de Léonard", la description de cet exode qui marque si fortement les modes de vie.

La première guerre mondiale ne l'épargne pas, à l'image du reste du pays, le département paiera un lourd tribut. Cette saignée s'accompagne d'un déficit des naissances. Le monument aux morts de la commune de Gentioux reste le témoin de cette hécatombe. En 1917, une Mutinerie des soldats russes à La Courtine s'installe dans le camp militaire creusois.

A la seconde guerre mondiale, les maquis sont très actifs, la Creuse se libèrera toute seule les 24 et 25 juin 1944.

La deuxième moitié du XXe siècle révèle dans la région une faible activité industrielle et commerciale, des ressources uniquement agricoles et une forte migration de la population. Pour tenter d'enrayer ce processus, la Creuse sera dans les années 60 et 70 au coeur du scandale des enfants réunionnais enlevés à leurs familles pour repeupler les campagnes françaises.

De 1963 à 1980, 1 630 enfants réunionnais « orphelins » sont déplacés par les autorités françaises dans le but de repeupler les départements français victimes de l'exode rural comme la Creuse, le Tarn, le Gers. Ce déplacement d'enfants par avions entiers est organisé sous l'autorité de Michel Debré, député de La Réunion à l'époque. Cet épisode de l'histoire française, très connu à La Réunion, qui a donné lieu à de nombreuses études écrites ou filmées, est communément appelé «l'affaire des Enfants de la Creuse ou des Réunionnais de la Creuse».

La Creuse est aujourd'hui traversée par des axes routiers importants qui l'ouvrent aux régions voisines et à l'Europe (l'A20 et la N145)... les hommes peuvent continuer à s'exporter aisément. Le bon côté des choses est que faible industrialisation et faible population laissent la place à une denrée rare : de grands espaces sauvages et naturels.

Pour Paraître dans notre guide touristique de la Creuse

Commune, office de tourisme, simple particulier...

Nous recherchons des correspondants pour mettre en valeur les villages pittoresques des régions, villages de caractères, plus beaux villages, les lavoirs, les jardins remarquables... (photos et descriptions) sur notre site www.sejour-touristique.com. Si l'idée vous séduit, utilisez la rubrique contact sur le site.

 

Devenez partenaire si vous êtes professionnel !

Demander des renseignements via notre formulaire de contact, découvrez le détail de nos prestations et les modalités d'inscription dans notre guide touristique ! 

Soyez vu : Dans nos pages, Sur l'agenda, sur l'Annuaire,  Présentez votre entreprise sur notre blog,

Votre hébergement sur nos pages. - Participez au forum.

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise de la Creuse

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise.

Vous organiser une manisfestation, un événement, une fête, Proposez vos sorties locales, choisissez le type d'activité (rando. soirée dansante...) sur notre « Agenda ».L'inscription et l'utilisation du site sont 100% GRATUITES et ILLIMITÉES voir les conditions d'Utilisations du site.

Cordialement

Vous souhaitez mettre votre activité en avant ? Votre pub sur nos pages ; prenez "contact" via le formulaire

Découvrez des séjours touristiques dans la Creuse

Aucun produit à afficher

Découverte touristique de la Creuse

Pour vous accompagner et vous guider de façon plus claire dans votre découverte dla Haute-Vienne , nous avons sélectionné plusieurs site, vous pouvez trouvez aussi des informations touristiques, des sites et adresse via notre annuaire touristique : "en savoir plus"

Si vous aussi, vous connaissez un site internet digne d'intérêt sur la région, vous pouvez l'inclure.

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir la Haute-Vienne avec notre guide touristique lors d'un séjour à la carte. Prenez contact pour des informations sur les séjours touristiques

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir nos régions lors d'un séjour de vacances ou autre. Offrez-vous une pause nature avec des séjours touristique en tout inclus, Un séjour avec activitée pour tous, vous êtes seul(e) en famille monoparentale ou un groupe d'amis : célibataires ou séniors solos ou en couple.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 14/12/2016