Bretagne patrimoine et histoire

Patrimoine, monuments et sites touristiques en Bretagne

Quoi faire en Bretagne ? Séjour touristique en France dans ses pages énumères les lieux avec des classifications touristiques officielles aux alentours et d'autres lieux d'intérêt à visiter en Bretagne qui devraient servir d'inspiration si vous êtes en vacances. Notre guide du patrimoines et de l'histoire de la Bretagne à pour but de vous faire découvrir les monuments, le patrimoine et l'histoire de Bretagne.

Architecture militaire en Bretagne

Depuis les premières occupations humaines du massif armoricain, les rivalités entre populations, familles, provinces et nations se sont traduites par une recherche permanente du perfectionnement de l'architecture militaire. Petit tour d'horizon historique des éléments encore visibles aujourd'hui en Bretagne.

Éperons barrés et oppidums

Les premières traces de fortifications datent du Néolithique, et sont constituées d'une avancée de relief naturel (un éperon), coupée ou barrée par un retranchement : palissade, fossé, mur de pierre sèche...

On peut voir de beaux exemples d'éperons barrés à La Vicomté-sur-Rance, Crozon, Carantec... Ces sites fortifiés ont souvent été réemployés par les Celtes, dont le système de défense est appelé "oppidum", terme usité par les Romains désignant un lieu élevé de fortification, basé sur un site stratégique naturel. Parmi les plus remarquables, citons l'oppidum de Cléden-cap Sizun, de Plogoff, de Bains-sur-Oust ou encore le camp d'Artus dans la forêt de Huelgoat.

Mottes castrales

Nommés également mottes "féodales", ces ouvrages défensifs sont composés d'une butte de terre, surmontée d'une palissade entourant un fortin de bois avec une tour de guet, sorte de donjon de château-fort primitif. Si les ouvrages de bois ont disparu, il est toujours possible de voir ces mottes, partout en Bretagne, notamment à Pléven, à Marcillé-Raoul : la double motte du Châtel, à Scrignac, Louannec, Kérien...

Châteaux en Bretagne

Terre de châteaux s'il en est, la Bretagne offre au visiteur féru d'histoire un panorama des plus exhaustifs. Héritiers des mottes castrales, les châteaux-forts construits en pierre sont encore légion en Bretagne.

De nombreux ouvrages témoignent du rôle militaire joué par ces châteaux jusqu'à la fin du Moyen-Âge. Citons par exemple les ruines du château du Guildo, le château de Tonquédec, de Corlay, de Hennebont, de Chateaugiron, de Kergournadeac'h...

Petit aperçu des sites incontournables de la région.

  • Fort-la-Latte à Plévenon
  • Le château de Kérouzéré à Sibiril
  • Le château de la Bourbansais à Pleugueneuc
  • Le château de Vitré
  • Le château de Comper à Concoret
  • Le château de Suscinio à Sarzeau

 

Autre ouvrage militaire en Bretagne

Forts de Vauban

Inventeur de ce que l'on pourrait anachroniquement nommé "le premier Mur de l'Atlantique", Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban, est nommé maréchal de France par Louis XIV, et s'ingénie à faire du royaume de France un "pré carré protégé par une ceinture de fer". L'empreinte de son oeuvre militaire est toujours prégnante en Bretagne, notamment sur les zones littorales.

Sont ainsi construits ou remaniés la citadelle de Belle-Île-en-mer, le fort de la Conchée en baie de Saint-Malo, la tour de Camaret, le château du Taureau en baie de Morlaix, les fortifications de Brest et ses abords, le corps de garde et le village de Meneham à Kerlouan...

Blockhaus et bunkers

Éléments incontournables du littoral breton, vestiges du "Mur de l'Atlantique" érigé par Rommel lors de la Second Guerre mondiale, de nombreux blockhaus et bunkers rappellent la position stratégique de la Bretagne lors du dernier conflit armé européen du XXe siècle. Sont encore visibles les fortifications érigées notamment à Saint-Malo, Erdeven, Lorient, Crozon, Brest...

 

Architecture religieuse en Bretagne

En Bretagne plus qu'ailleurs, l'Eglise catholique a laissé trace de son implantation, souvent taillée dans le granit ! Cathédrales, chapelles, calvaires... Caractéristiques locales, les enclos paroissiaux, une forte concentration étant visible en Basse-Bretagne. Quelques sites remarquables existent également en Haute-Bretagne.

Outre de nombreuses églises, des chantiers de cathédrale sont entrepris dès le XIIe siècle, certains durant plusieurs siècles, d'où la cohabitation de différents styles architecturaux : roman, gohique flamboyant, Renaissance... On peut ainsi admirer encore aujourd'hui la cathédrale Saint-Tugdual  du IXe-XVe siècles à Tréguier, la cathédrale Saint-Corentin du XIIIe-XVIe siècles à Quimper, la cathédrale Saint-Samson du XIIe-XIIIesiècles à Dol-de-Bretagne ou encore la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul du XVe siècle à Nantes.

La foi a pénétré jusqu'au moindre sentier de Bretagne. Témoignage de la christianisation de l'antique culte des sources, des milliers de chapelles ont été édifiées à proximité de fontaines sacrées, parfois à l'écart des grands axes de communication et des bourgades.

Croix et calvaires attendent également le promeneur au détour des chemins creux ou en bordure de champs.

Enclos paroissiaux en Bretagne

Une autre particularité de la Bretagne, et non des moindres, tient en cet enclos paroissial dont on trouve encore 70 exemples intacts en Basse Bretagne. L'enclos proprement dit sépare l'espace sacré du monde profane. Il est ceint d'un mur d'enceinte qui ne se répandit en réalité qu'à partir du XVe siècle. Dans la plupart des paroisses, ce surprenant ensemble architectural se présente au visiteur sous l'aspect qu'il avait à l'origine, à une époque où les morts étaient enterrés non pas autour de l'église, mais à l'intérieur même.

A partir de 1660, la coutume se généralisa d'inhumer des défunts dans l'enclos avant de les transférer dans un cimetière situé en retrait du bourg. Si un certain nombre d'enclos, comme ceux de Lanrivain ou de Guehenno, ont conservé leurs sépultures, nombre d'enclos, sont retournés à l'herbe et se voient désormais privés de rôle funéraire ; ils sont nommés " placîtres ".

Loin de répondre à la fantaisie de la population, du recteur ou des artistes eux-mêmes, l'enclos paroissial, à l'image de l'ancien nemeton celtique, est un espace rigoureusement organisé en fonction d'une symbolique précise et exigeante. La pièce maîtresse en est bien évidemment l'église ou la chapelle, à laquelle on accède la plupart du temps par un porche situé à l'ouest ou au sud, tandis que le chevet et le choeur sont tournés vers l'est.

Si la partie septentrionale de l'enclos est un endroit délaissé et peu prisé, tel n'est pas le cas à l'ouest, direction associée à la mort, celle, dans le monde celtique préchrétien, des îles d'Avalon. C'est là, tout naturellement, que se trouve l'ossuaire, qui recueille les crânes et les ossements principaux des paroissiens, une fois que le séjour en terre les a réduits à l'état de simple squelette.

Le culte fervent rendu aux défunts du clan explique la généralisation de ces ossuaires autour desquels naquirent bon nombre de légendes ayant trait à la mort et à l'Au-delà. L'écrivain-folkloriste Anatole Le Braz n'écrivait-il pas dans sa Légende de la mort chez les Bretons armoricains que : " la nuit, les crânes remisés dans leurs boîtes reliquaires s'échangent les noms de ceux qui vont mourir dans l'année ".

Le calvaire, que le paroissien entrant dans l'église par le porche sud, laisse à sa droite, suscite l'admiration du visiteur, par une véritable exubérance de détails sculptés dans la pierre noire de Kersanton ou le granite jaune de Logonna.

C'est principalement en Basse-Bretagne que fleurissent les enclos paroissiaux, dont l'apogée se situe aux XVIeet XVIIe siècles, correspondant à l'âge d'or de la province, lié au commerce florissant des toiles de lin et de chanvre.

Objet d'ostentatoire rivalité symbolique entre paroisses, l'enclos paroissial est un ensemble architectural religieux rural comportant une église, un ossuaire, un mur d'enceinte, un cimetière, une fontaine, une chapelle reliquaire, une porte triomphale et un calvaire.

Même si Saint-Suliac en Ille-et-Vilaine détient un exceptionnel exemplaire du XIIIe siècle, la plupart des enclos paroissiaux encore visibles aujourd'hui se situent en Basse-Bretagne, notamment dans le Finistère. Parmi les plus célèbres, citons ceux de Sizun, Pleyben, Plougastel-Daoulas, Saint-Thégonnec, Plounéour-Menez, Saint-Herbot, Guimiliau et Lampaul-Guimiliau.

Le calvaire

Le rôle du " calvaire " est bien comme son nom l'indique, de retracer symboliquement la passion du Christ. Dans son plus simple appareil, il se doit de représenter au moins Jésus crucifié entouré des deux larrons. Mais au fil des ans, il s'est enrichi, sous le ciseau et le burin du sculpteur d'un petit peuple de pierre aussi nombreux que la foule sur la place du village. Sur celui de Guimiliau, ils ne sont pas moins de 200 à supporter le Christ de pierre dans ses souffrances.

L'âge d'or de ces pièces monumentales se situe aux XVIe et XVIIe siècles. Mais les plus touchants sont sans doute ceux de Tronoën, tout au bout du pays Bigouden et de Kerbreudeur, sur la commune de Saint-Hernin. Ils dateraient de la fin du XVe siècle. Art frappé au coin d'une certaine naïveté, avec des personnages aux proportions parfois enfantines : grosses têtes et corps graciles.

Mais art anonyme, comme on s'est longtemps plu à le répéter ? Rien n'est moins sûr. Genc'hlan Le Scouézec tempête et tempère : " Il est indispensable de faire ici justice de la rumeur qui veut faire des calvaires, comme de toute la sculpture et même de l'architecture de Bretagne, un art de paysans d'un style " populaire ". Ce sont de riches agriculteurs et des bourgeois locaux qui ont commandité ces oeuvres.

Les fabriciens, gens fortunés, ont cherché à se surpasser les uns les autres en offrant à leur tour quelque somptuosité. Quant aux artistes qui les ont réalisées, ce sont bien évidemment des gens de métier, sculpteurs et architectes confirmés ". Pour apprécier à leur juste valeur ces véritables chefs-d'oeuvre de pierre, c'est dans toute leur splendeur et vêtus de leurs habits polychromes qu'il faut les imaginer.

Enfin, on trouve avec une telle fréquence, au coeur de l'enclos, surtout dans la Pays Bigouden, une pierre longue, toujours travaillée, parfois sculptée et cannelée, conique, cylindrique ou tronconique, qu'on doit bien la considérer comme un élément à part entière de l'ensemble. Le lec'h ou plus exactement la stèle laténienne ne se trouve là que par raccroc, certes, comme un rappel des croyances et des rites anciens.

Mais elle fait partie du décor et de la famille spirituelle. Du reste sa fonction n'est-elle pas très proche de celle du clocher du village ? Tout à la fois indication funéraire, axe du mode qui relie le ciel à la terre et centre du territoire dévolu au clan, elle est, elle aussi, un élément incontournable de l'enclos.

Visiter le patrimoine et les monuments de la Bretagne

Découvrez les lieux touristiques de la Bretagne

Informations touristiques de la Bretagne

 
 

Pour Paraître dans notre guide touristique de la Bretagne

Commune, office de tourisme, simple particulier...

Nous recherchons des correspondants pour mettre en valeur les villages pittoresques des régions, villages de caractères, plus beaux villages, les lavoirs, les jardins remarquables... (photos et descriptions) sur notre site www.sejour-touristique.com. Si l'idée vous séduit, utilisez la rubrique contact sur le site.

 

Devenez partenaire si vous êtes professionnel !

Demander des renseignements via notre formulaire de contact, découvrez le détail de nos prestations et les modalités d'inscription dans notre guide touristique ! 

Soyez vu : Dans nos pages, Sur l'agenda, sur l'Annuaire,  Présentez votre entreprise sur notre blog,

Votre hébergement sur nos pages. - Participez au forum.

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise de la Bretagne

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise.

Vous organiser une manisfestation, un événement, une fête, Proposez vos sorties locales, choisissez le type d'activité (rando. soirée dansante...) sur notre « Agenda ».L'inscription et l'utilisation du site sont 100% GRATUITES et ILLIMITÉES voir les conditions d'Utilisations du site.

Cordialement

Une place de choix pour votre etablissement, prenez contact avec nous !

Découvrez des séjours touristiques en Bretagne

Aucun produit à afficher

Découverte touristique de la Bretagne

Pour vous accompagner et vous guider de façon plus claire dans votre découverte de la Bretagne, nous avons sélectionné plusieurs site, vous pouvez trouvez aussi des informations touristiques, des sites et adresse via notre annuaire touristique : "en savoir plus"

Si vous aussi, vous connaissez un site internet digne d'intérêt sur la région, vous pouvez l'inclure.

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir la Bretagne avec notre guide touristique lors d'un séjour à la carte. Prenez contact pour des informations sur les séjours touristiques

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir nos régions lors d'un séjour de vacances ou autre. Offrez-vous une pause nature avec des séjours touristique en tout inclus, Un séjour avec activitée pour tous, vous êtes seul(e) en famille monoparentale ou un groupe d'amis : célibataires ou séniors solos ou en couple.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/10/2016