Alsace Patrimoine et histoire

Patrimoines et monuments de l'Alsace

chateau-du-haut-knigsbourg.jpgQuoi faire à en Alsace ? Séjour touristique en France dans ses pages énuméres les lieux avec des classifications touristiques officielles aux alentours et d'autres lieux d'intérêt à visiter en Alsace qui devraient servir d'inspiration si vous êtes en vacances.

Laissez-vous aller et découvrez l'histoire, le patrimoine, les monuments, la culture, la beauté et la richesse de l'Alsace et de ses environs.

C'est un fait indéniable, l'Alsace est le pays des Châteaux ! Bien entendu, le Haut-Koenigsbourg et sa célèbre toiture en cuivre verre d'eau s'impose comme le château incontournable de la région.

La ligne de la crête des Vosges est évidemment un lieu privilégié d'installation de ces castels, tantôt en grès roses, tantôt en granit ; la plupart sont aujourd'hui en ruines mais certains peuvent encore être visités : le Hohlandsbourg, le Fleckenstein, le Lichtenberg, le Château des comtes d'Eguisheim, les trois châteaux de Ribeauvillé ou du Haut-Eguisheim.

Tout au long de l'année, des manifestations et festivals sont organisés pour donner vie à ces lieux magiques : le festival de jazz manouche au Hohlandsbourg, les Rendez-vous au jardin au Haut-Koenigsbourg, le centenaire du théâtre à Lichtenberg en 2013... De plus, de nombreux villages alsaciens ont conservé leurs fortifications et donnent un aperçu intéressant de la vie et de l'architecture régionales au Moyen Âge.

L’Alsace est une des régions d’Europe qui compte le plus de châteaux forts. Aujourd’hui en ruine pour la plupart, leurs silhouettes font partie du paysage alsacien le long des Vosges.  Alors qu’au Moyen Âge, les châteaux forts de plaine représentaient près des deux tiers des cinq cents châteaux recensés en Alsace, les châteaux de montagne forment aujourd’hui la quasi-totalité des édifices qui présentent des traces significatives et visibles pour le promeneur. 

Ouvrage fortifié, le château est un lieu de défense, de pouvoir, un lieu de résidence et parfois un centre administratif. Les châteaux forts se développent en Alsace à la faveur de l’affaiblissement du Saint-Empire Romain Germanique. Ils matérialisent la protection d’un territoire et de ses habitants et concrétisent l’autorité du seigneur.

Lieux importants de l’histoire médiévale de la région, ils dominent la plaine, surveillent les vallées, les voies de communication et parfois les abbayes. Construits en pierre dès le XIIe, voire le XIe s. pour certains, mais abandonnés progressivement en raison des guerres et combats locaux, de leur coût d’entretien et de leur inconfort, ils sont encore nombreux à défier le temps sur le versant alsacien des Vosges.

Liste partiel des châteaux d'Alsace

Le château du Haut-Kœnigsbourg

 

Architecture en Alsace

Architecture religieuse

L'Alsace cultive sa particularité et sa richesse sur le plan religieux et demeure fidèle à sa réputation du point de vue architectural.

La cathedrale notre dame de strasbourg guide du tourisme du bas rhin alsaceAvec son plan en croix latine, l'architecture romane est caractéristique des églises bâties au XIe et surtout XIIe siècles, avec d'épaisses et solides parois murales et un grand dépouillement dans le décor. Quelques édifices exceptionnels sont à visiter absolument, tels que l'église Saints-Pierre-et-Paul de Rosheim, l'église Saint-Ulrich de Wissembourg, l'abbatiale de Marmoutier ou encore l'église Saints-Pierre-et-Paul à Sigolsheim.

Toutes font partie de l'itinéraire de la route romane alsacienne à découvrir lors de vos vacances en Alsace, comptant 19 sites les plus remarquables de la région.

C'est au XIIIe siècle qu'apparaît en Alsace l'architecture gothique, avec la date clé de 1230 et la construction du croisillon sud de la cathédrale de Strasbourg. Renouvelant du tout au tout le style roman, la verticalité et la luminosité sont alors de mise, de même que l'intégration de nombreux éléments de décor. La flamme de la cathédrale de Strasbourg ou la collégiale Saint-Thiébaud de Thann sont parmi les meilleures illustrations du gothique flamboyant.

À découvrir également, la basilique Saint-Georges de Sélestat, l'abbatiale de Wissembourg, Notre-Dame de l'Assomption de Rouffach ou encore la collégiale Saint-Martin à Colmar, quelques édifices incontournables de l'architecture gothique alsacienne.

Enfin, quelques édifices se distinguent par leur particularité : c'est le cas du clocher vrillé (il en existe une centaine seulement dans toute l'Europe !) de Niedermorschwihr qui, selon la légende, aurait pris cette forme car le diable y aurait enroulé sa queue avant de prendre son envol. Enfin, l'abbatiale d'Ebersmunster, près de Sélestat, est l'un des rares illustrations française de l'architecture baroque du XVIIIe siècle.

Architecture militaire

La ligne Maginot.

L'élaboration de la " grande muraille de France " découle des mauvaises expériences de la Première Guerre mondiale. Elle avait pour objectif de verrouiller le nord de l'Alsace si une nouvelle invasion devait se produire. Elle tire son nom du ministre de la guerre de l'époque, André Maginot. La ligne sera construite de 1930 à 1935. Plusieurs forts peuvent être visités : à Lembach le fort du Four à Chaux et le plus impressionnant, le fort de Schoenenbourg dans la commune de Hunspach ou la casemate Hesch à Hatten. Pour en savoir plus : www.lignemaginot.com

Le Mur païe

le-mysterieux-mur-paien.jpgLe Mur païen, dénommé ainsi par Léon IX à cause de sa supposée antériorité au Christ, désigne en fait trois ensembles mégalithiques distincts éloignés les uns des autres de plusieurs kilomètres.

  • Le Mur païen du mont Sainte-Odile

C'est une enceinte mégalithique d'une longueur totale d'une dizaine de kilomètres faisant le tour du plateau du mont Sainte-Odile pour former une enceinte. Formé d'environ 300 000 blocs cyclopéens, il mesure entre 1,60 m et 1,80 m de large et peut atteindre 3 m de hauteur.

  • Le Mur païen entourant le château du Frankenbourg

Ayant une certaine ressemblance avec celui du mont Sainte-Odile, il entoure le château sur trois côtés, la portion sur le versant Est ayant disparu. Son épaisseur est de 1,80 m, sa largeur de 0,60 à 0,90 m et sa hauteur de 0,50 à 0,70 m.

  • Le Mur païen courant sur la crête du Taennchel

Très différent des deux autres, ce mur longe la crête de la montagne en direction du sud-est / nord-ouest sur une longueur de 2 300 mètres. Ce mur est construit en pierres plus ou moins uniformes superposées les unes sur les autres, sans aucune trace de maçonnerie. La plus grande hauteur actuelle de la muraille est d'environ de 1,80 mètre et sa plus grande épaisseur ou largeur à la base de 1,70 mètre. C'est sans doute la partie la plus remarquable de toutes.

Ses origines, restant obscures et controversées, sont source de fantasmes. Certaines origines que l'on attribue au mur tiennent en effet plus des contes et légendes que de faits historiques incontestables.

Autres sites touristique en Alsace

  • quartier-de-la-petite-venise-colmar.jpgLe Bioscope à Ungersheim (2006-2012)
  • Le musée d'Unterlinden
  • La Route des vins d'Alsace
  • La route romane d'Alsace
  • Plus de mille orgues
  • Les marchés de Noël (dans les grandes villes Strasbourg, Mulhouse et Colmar et villages Kaysersberg et Riquewihr)
  • Le centre historique des villes et villages
  • Le Musée Lalique à Wingen-sur-Moder
  • Le centre départemental de l'Histoire des familles (CDHF) de Guebwiller
  • Le camp de concentration allemand de Struthof Natzweiler et le centre européen du résistant déporté
  • L'ouvrage de Schoenenbourg, fort de la Ligne Maginot
  • Le mémorial de l'Alsace-Moselle à Schirmeck
  • Le musée mémorial des combats de la Poche de Colmar à Turckheim
  • La Collégiale Saint-Thiébaut de Thann

Patrimoine architectural d'Alsace

À Strasbourg, la cour du Corbeau. Cet ensemble, composé de plusieurs bâtiments, est situé en plein coeur du centre-ville, entre le quai des Bateliers et la place du Corbeau. Représentatif de l'architecture en pan de bois d'époque Renaissance, La cour du Corbeau fut depuis sa construction en 1528 et jusqu'en 1854, une hôtellerie de grand renom connue sous le nom Zum Rappen. Des personnes illustrent y ont trouvé l'hospitalité : le duc de Bavière, le maréchal de Turenne, le roi de Pologne, etc. C'est aujourd'hui un hôtel luxueux.

colmar-architecture-traditionnelle-alsacienne.jpgLa maison Kammerzell, l'une des plus célèbres de Strasbourg. En 1571, le fromager Braun acquiert une maison place de la Cathédrale. Quelques années plus tard, il décide de transformer les étages en encorbellement tout en conservant le rez-de-chaussée en pierre datant de 1467. C'est l'aspect que nous lui connaissons aujourd'hui. La maison a été rachetée au XIXe siècle par l'épicier Kammerzell, la maison a gardé le nom de ce propriétaire. La Ville a racheté l'immeuble en 1879. La maison Kammerzell abrite aujourd'hui un grand restaurant. Trois étages à pan de bois, 75 fenêtres, des ornementations peintes et sculptées à profusion créent un ensemble d'une richesse architecturale exceptionnelle.

La maison des Tanneurs au bord de l'Ill dans le quartier de la Petite France à Strasbourg. Cette maison du XVIe siècle forme avec les deux maisons en pan de bois voisines un ensemble imposant.

La maison Pfister à Colmar. Située à l'angle de la rue des Marchands et de la rue Mercière, il est impossible de manquer cette superbe bâtisse : construite en 1537 par un chapelier originaire de Besançon, Ludwig Scherer, la maison se caractérise par un oriel à deux étages tout à fait remarquable ainsi que par une galerie de bois où l'équilibre le dispute à l'harmonie. On pourra également remarquer les peintures murales composées par Christian Vacksterffer - pères de l'Église, allégories et personnages bibliques... Au-delà de son caractère tout à fait typique, La Maison Pfister est un joyau de l'art rhénan de la période Renaissance.

La Cour des Chaînes à Mulhouse. Construite en 1594, cette belle demeure a été bâtie contre le mur d'enceinte de la ville. Au XVIIIe siècle, une seconde aile symétrique à la première fut construite, constituant ainsi un ensemble en forme de fer à cheval autour d'une cour fermée par des chaînes, d'où son nom. En 1982, lors de travaux de rénovation deux plafonds peints ont été mis au jour. Les motifs d'une grande variété - animaux, fleurs, oiseaux - sont très bien conservés.

C'est à Rosheim qu'on situe la maison la plus vieille d'Alsace. Cette maison romane fait partie d'un ensemble de plusieurs édifices construits entre les XIIe et XVe siècles. Plusieurs éléments caractéristiques de la construction médiévale permettent de ne pas douter de son " âge ".

La maison Katz à Saverne a été élevée en 1605 par le receveur général de l'évêché, Henri Katz. Cette date apparaît plusieurs fois sur la façade. Sur un vitrail daté de la même année, on peut apercevoir le symbole du propriétaire, un chat - katz en alsacien.

Les coups de cœur de séjour touristique en France en Alsace

Hébergement :

Restauration :

Visiter les lieux touristiques en l'Alsace

Découvrez le patrimoine, les monuments touristiques et l'histoire de nos régions

Histoire de l'Alsace

Antiquité

L'Alsace ne fait pas exception à l'extension romaine en Europe. En 58 av. J.-C., César chasse Arioviste de la région qui représente déjà un intérêt stratégique et économique majeur. La grande bataille d'Alsace qui oppose alors les deux chefs de guerre se déroule, estime-t-on, à l'ouest de Mulhouse. L'Alsace rentre alors dans le district de Germanie supérieure.

Les axes de communication déjà très développées en font un carrefour primordial et prospère dans le commerce européen, et la romanisation culturelle s'opère aisément et de manière plutôt pacifique. Mais dès le IIIe siècle, le " limès " romain, cette muraille destinée à protéger l'Empire des invasions barbares, ne peut empêcher l'incursion fréquente d'Alamans, avec tous les pillages et destructions que cela implique. À l'aube du Ve siècle, l'Alsace tombe définitivement aux mains des Alamans.

Moyen Âge

IXe-XIe siècles : l'héritage carolingien. L'Alsace exerce un attrait particulier sur Charlemagne où il se rend à plusieurs reprises dans la seconde moitié du VIIIe siècle. Ainsi, lorsqu'il est couronné empereur en 800, la région occupe une place centrale dans cet immense empire d'Occident. Les abbayes alsaciennes connaissent alors un âge d'or en obtenant plus de droits, des avantages financiers, une justice indépendante et un important agrandissement des domaines.

Mais la mort de l'empereur signe la fin de l'unité européenne et sa descendance se déchire l'héritage. Les serments de Strasbourg, traité d'alliance entre deux de ses petits-fils Louis de Germanique et Charles le Chauve, est le plus ancien document connu rédigé en roman (l'ancêtre du français) et en tudesque (l'ancêtre de l'allemand) et non plus en latin comme cela est de vigueur à l'époque.

En 962 est créé par Othon Ier le Saint Empire Romain Germanique dont les limites perdurent jusqu'au XVIIe siècle ! À l'ouest, la frontière englobe largement l'Alsace et même la Lorraine et la Franche-Comté.

chateau-du-haut-knigsbourg.jpgXIIe-XVe siècles

L'Alsace, au coeur de la civilisation rhénane. Aux XIIe et XIIIe siècles, les ducs de Souabe et d'Alsace, la fameuse famille des Hohenstaufen, domine l'Empire. Ainsi, on retrouve de nombreuses traces de cette lignée un peu partout dans la région : un palais construit à Haguenau par Frédéric Barberousse, les châteaux du Haut-Koenigsbourg et de Kaysersberg, l'église romane de Sainte Foi, les murailles de Colmar, Mulhouse, Obernai ou encore Sélestat.

L'Empire est divisé en plusieurs territoires, les " landgraviats ", qui sont aux mains de grands seigneurs au service de l'Empereur. Les comtes d'Eguisheim et les Habsbourg font partie de ces grandes familles qui ont régné sur la région, avant que l'évêque de Strasbourg ne prenne la main sur presque toute la région au XIVe siècle.

L'une des particularités de l'Alsace dès le Moyen Âge est l'importance des villes, entités à part entière qui prennent de plus en plus de pouvoir. Au XVe siècle, il existe une cinquantaine de villes en Alsace contre une seule, Strasbourg, trois siècles plus tôt. Les remparts leur donnent un statut tout particulier : militairement bien sûr, mais également économiquement et juridiquement. Ainsi, les villes deviennent de plus en plus indépendantes.

Parmi elles, les villes impériales dépendant directement de l'Empereur et non plus du seigneur local : les privilèges sont immenses à Colmar, Sélestat ou encore Haguenau. Strasbourg jouit d'un privilège plus important encore ; ville libre d'Empire, elle devient une véritable république autonome dans l'Empire. Parmi ces villes, l'artisanat prend une place majeure et les corporations deviennent des organes puissants et très influents. Au XIVe siècle, les dix villes impériales alsaciennes se regroupent au sein de la Ligue de la Décapole qui prévoit une alliance militaire et politique.

De la Renaissance à la Révolution

L'humanisme. Dès le XVe siècle, l'Alsace s'impose comme terre d'humanisme. La région peut en effet se targuer d'avoir donné naissance à plusieurs grandes figures de ce mouvement de pensée : Geiler de Kaysersberg, Jacob Wimpfeling, Sebastian Brant et son chef-d'oeuvre la Nef des fous, Thomas Murner ou encore l'imprimeur Jean Mentel.

Avec son école latine au rayonnement intellectuel international, Sélestat est l'une des clés de voûte de l'humanisme rhénan : la ville a vu naître Beatus Rhenanus, contemporain et grand ami d'Erasme, qui a, à sa mort, légué l'intégralité de sa bibliothèque à la ville. Ce véritable trésor est toujours visible à la Bibliothèque humaniste de Sélestat.

L'ère de la réforme. Comme elle a joué un rôle fondamental dans le rayonnement de l'humanisme rhénan, l'Alsace est au coeur de la Réforme protestante qui touche l'Europe au XVIe siècle. À Strasbourg s'impose la très forte personnalité de Martin Bucer, ancien Dominicain converti et la ville devient officiellement protestante en 1529, la cathédrale recyclée en Temple. Îlot de tolérance au sein d'une Europe encore très répressive, Strasbourg devient rapidement une terre d'accueil pour tous les libre-penseurs et crypto-protestants tels Calvin, pasteur durant quelques années dans la capitale alsacienne.

D'autres villes alsaciennes passent peu à peu à la Réforme : Colmar, Mulhouse, Wissembourg ou encore Munster.

le-musee-historique-de-haguenau.jpgLa guerre des rustauds.

Le monde rural au Moyen Âge a la réputation d'un monde figé et réactionnaire. Cependant les frustrations latentes, l'explosion du prix des céréales, l'ingérence et les exactions des seigneurs mettent le feu aux poudres et en 1525 éclate la guerre des paysans dite du " Bundschuh ", ce soulier à lacets emblématique des travailleurs de la terre.

De 30 à 40 000 indignés se regroupent en bandes du nord au sud de l'Alsace, réclamant plus de droits et de justice, revendications mises à l'écrit dans les Douze Articles. Ce mouvement attire la sympathie des populations locales ; mais la répression s'organise rapidement, particulièrement sévère, autour du duc de Lorraine. Un Alsacien sur 10 est liquidé et l'on surnomme tristement cet épisode " la boucherie de l'Alsace ".

La guerre de Trente Ans et ses conséquences : l'Alsace française. Région stratégique au coeur des tensions européennes, l'Alsace est l'une des grandes victimes de la guerre de Trente Ans au XVIIe siècle. Champ de bataille privilégié des armées européennes, pillages et exactions dans les campagnes, occupations des places fortes par les années étrangères.

L'Alsace sort littéralement effondrée de ces trois décennies de guerre quasi-constante : la moitié de la population rurale de la région a disparu, ravagée par la famine et la peste. 1648 marque l'arrêt des hostilités avec les traitées de Westphalie et le changement de main de la région qui passe du côté français. L'annexion se complète sous Louis XIV : les villes de la Décapole et la grande bataille de Turckheim gagnée par Turenne ; Strasbourg est quant à elle prise par la force en 1681.

Mulhouse : un destin " à part ".

Toute l'Alsace est alors française... sauf Mulhouse qui a connu un destin particulier. Petit retour en arrière... Après avoir fait partie de la Décapole et à la suite de querelles intestines, Mulhouse la quitte et s'allie à des cantons suisses après la guerre des Six Deniers de 1466 jusqu'à obtenir le statut de " canton allié " à la Confédération Helvétique en 1515.

La cité est très tôt gagnée par les " idées nouvelles ", elle devient complètement réformée dès 1529 - statues et images saintes retirées des lieux de culte, messe remplacée par un culte réformé, jeux d'argent interdits... Si la révolte des Fininger, une simple querelle au sujet de la possession de terres qui dégénère en guerre de religion au sein même de la ville, opposant avec violence protestants et catholiques, mit la ville à feu et à sang entre 1580 et 1590, Mulhouse est cependant peu touchée par la guerre de Trente Ans - 1618-1648 - en raison de ses choix théologiques et de ses alliances helvétiques.

À la suite des traités de Westphalie de 1648, la ville devient une république indépendante, un statut qui permettra son essor démographique et économique. C'est en 1746 que quatre jeunes Mulhousiens appartenant à des grandes familles de la ville - Samuel Koechlin, Jean-Jacques Schmalzer, Jean-Henri Dollfuss et Jean-Jacques Feer - s'associent pour fonder la première manufacture d'impressions sur tissus. Quarante ans plus tard la ville compte vingt-six fabriques de cotonnades colorées baptisées " indiennes ".

Elle se tournera principalement vers la France pour vendre sa production : les tissus en provenance de Mulhouse sont alors en concurrence avec les produits français et soumis à de lourds droits de douane - ce qui explique une contrebande florissante ! La situation est parfois tendue - blocus, contrôles...

Les motifs pour lesquels Mulhouse demandera le 4 janvier 1798 son rattachement à la France sont ainsi doubles... De manière tout à fait prosaïque, la situation économique était devenue insupportable - droits de douane exorbitants, contingentements... - et il était impossible à la ville de continuer à prospérer sans pourvoir exporter ses tissus vers la France. Mais en 1798, il faut néanmoins dire qu'une sensibilité de plus en plus forte aux idées de la Révolution française se fait remarquer dans les rangs de la bourgeoisie mulhousienne...

Ce qui explique que le jour de la réunion - le 15 mars 1798 - fut jour de liesse à Mulhouse, dont les clefs furent remises solennellement aux représentants français.

De la Révolution au XXIe siècle

Le siècle des révolutions : 1789-1870

La Révolution française et le Premier Empire - 1789-1815. La période 1789-1815 favorise l'intégration complète de la province à la nation française. Sur le plan administratif, en 1790, la généralité d'Alsace est divisée en deux départements :

Bas-Rhin au nord (chef-lieu Strasbourg) et Haut-Rhin au sud (chef-lieu Colmar).

le-monastere-du-mont-sainte-odile.jpgEn 1815, suite à l'intervention du tsar Alexandre Ier au congrès de Vienne, et malgré les revendications de nombreux nationalistes allemands, l'Alsace est laissée à la France.

La première révolution industrielle - 1815-1870. Au XIXe siècle, la grande industrie textile mécanisée va se développer dans les vallées vosgiennes et dans la plaine de Mulhouse. Toutes les villes de ces vallées possèdent leurs filatures ou leurs tissages et de petites industries villageoises apparaissent. À Turckheim, près de Colmar, se développent des papeteries, ailleurs, ce sont des poteries - Betschdorf - ou des brasseries...

Pendant cette période, Strasbourg, carrefour de routes depuis l'époque romaine, n'est encore qu'un centre d'industries alimentaires, une ville de garnison et un lieu de transbordement de marchandises.

L'Alsace devient Reichsland 1870-1918

La guerre de 1870-1871 et l'annexion. Par aveuglement et outrecuidance, les dirigeants français du Second Empire déclarent la guerre à la Prusse en juillet 1870. Mal préparées et mal conduites par les Français, les opérations aboutissent à la capitulation de Napoléon III à Sedan et à la défaite au bout de six mois. L'armistice est signé à Versailles, le 18 janvier 1871. La France perd l'Alsace - moins Belfort -, et une partie de la Lorraine - avec Metz. La terre alsacienne passe alors d'un empire français à un empire germanique.

L'Alsace, terre impériale. En 1911, les revendications de l'autonomisme alsacien semblent satisfaites par une constitution qui accorde au Reichsland un Parlement provincial à deux chambres siégeant à Strasbourg. Mais ces concessions sont insuffisantes.

Le mécontentement persiste et conduit parfois à l'émeute comme à Saverne en 1913. Pendant cette période, l'Alsace participe à la très forte croissance économique de l'Allemagne. Dès le début du XXe siècle, l'un des plus grands gisements de potasse au monde est découvert et exploité près de Mulhouse.

Strasbourg, bombardée en 1870 est reconstruite dans un style monumental et classique - le Kaiser Palast, aujourd'hui Palais du Rhin, le palais du Landtag devenu théâtre national, l'université...


verdun.jpgL'Alsace lors de la Première Guerre mondiale - 1914-1918

L'Allemagne de Guillaume II déclare la guerre à la France le 3 août 1914. Le conflit, qui va durer 51 mois, voit l'Alsace et les Alsaciens exposés en première ligne. Ce n'est qu'en novembre 1918, après l'armistice, que les troupes françaises pourront pénétrer en Alsace et à Strasbourg dans l'enthousiasme populaire. Par le traité de Versailles de 1919, l'Alsace - et le nord de la Lorraine - redevient officiellement française - dans les limites de ses deux départements d'avant 1871.

L'Alsace dans la Seconde Guerre mondiale - 1939-1945

Le 3 septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne. En mai 1940, grâce à l'attaque surprise de l'armée allemande par la Belgique, la percée de Sedan et la tactique de " la guerre éclair ", Hitler conduit le gouvernement de Pétain à l'armistice. Dès la défaite française de juin 1940, l'Allemagne annexe de nouveau l'Alsace - et la Lorraine -, et y installe une administration civile dont le chef sera le Gauleiter Robert Wagner.

L'Alsace est libérée de l'occupation nazie à partir de novembre 1944, par l'action combinée de la 7e armée américaine, au nord, et de la 1re armée française, au sud. Malgré la redoutable contre-offensive nazie - décembre 1944-janvier 1945 -, au nord et au sud de Strasbourg, et la résistance de la "poche de Colmar ", l'Alsace est définitivement libérée en mars 1945.

L'Alsace après 1945

Si l'immédiat après-guerre a été marqué par le retentissant procès d'Oradour-sur-Glane - en effet des Alsaciens appartenaient à la division SS " das Reich " qui s'est livrée au massacre -, une loi d'amnistie sera votée pour les Alsaciens ayant revêtu l'uniforme allemand pendant la guerre et en 1986, l'Allemagne acceptera même de dédommager les familles concernées. L'Alsace dans la paix est devenue le symbole de la réconciliation franco-allemande, et partant de là, de l'unification européenne dont elle fut la base. Il n'est donc pas surprenant de trouver à Strasbourg le siège du Conseil de l'Europe, de la Cour européenne des Droits de l'homme et du Parlement européen dont elle accueille en fait les sessions ordinaires une fois par mois, le reste du travail des parlementaires étant partagé entre Bruxelles et Luxembourg.

De nos jours

La Communauté européenne (CE) voit le jour en 1993 puis l'Union européenne (UE) en 2007. Le coeur politique de l'Union européenne, l'assemblée parlementaire, puis le Parlement, est basé à Strasbourg. Forte de sa place, la capitale alsacienne devenue capitale européenne se renforce dans son statut de grand carrefour. L'Alsace devient ainsi un grand centre d'échange, d'économie et de culture.

Grande ville universitaire, Strasbourg accueille des étudiants européens et de partout dans le monde. Son fonds documentaire, mêlant documents de France et d'Allemagne, constitue un des plus importants et riches de France ; la BNUS, située au coeur du quartier impérial, est la plus grande bibliothèque universitaire mondiale.

De nombreuses grandes entreprises françaises et étrangères ont décidé de s'installer en territoire alsacien : la main-d'oeuvre y est qualifiée, et le transport, ainsi que les échanges avec les pays de l'Union européenne facilités. C'est le cas par exemple de Peugeot, implanté à Mulhouse, ou de Liebherr qui place ses bureaux français à Colmar. L'Alsace est également une terre propice à l'entrepreneuriat.

Le tourisme et la viticulture sont aussi particulièrement importants. L'Alsace est une région qui attire chaque année de nombreux touristes, notamment pendant la période des fêtes de Noël où les marchés typiques font partie de la tradition locale. Le plus connu est celui de Strasbourg avec son fameux christkindlmarkt élu pour la deuxième année consécutive meilleur marché de Noël d'Europe. Au sud de la Région, Mulhouse attire les visiteurs du monde entier pour ses musées dont celui de l'automobile qui abrite la célèbre collection Schlumpf, une des plus belles au monde

Le patrimoine architectural et culturel fait de l'Alsace une région particulièrement riche à visiter. L'Alsace est très attachée à ses traditions, qu'on peut retrouver au travers d'innombrables fêtes de village tout au long de l'année.

L'Alsace est aujourd'hui une région particulièrement dynamique. Le PIB est le 9e de France alors que l'Alsace est la plus petite région et son taux de chômage est le plus faible de France, de nombreux habitants franchissent quotidiennement les frontières suisses et allemandes pour y travailler.

En avril 2013 un référendum a été proposé aux Alsaciens pour l'union des deux départements en regroupant les deux conseils généraux pour création d'une collectivité territoriale Alsace. Rejetée par la majorité la fusion n'aura pas lieu. En 2015, le gouvernement français impose sa nouvelle carte des Régions et regroupe la région Alsace avec celles de Lorraine et de Champagne.

Information touristique de l'Alsace

 

Pour Paraître dans notre guide touristique de l'Alsace

Commune, office de tourisme, simple particulier...

Nous recherchons des correspondants pour mettre en valeur les villages pittoresques des régions, villages de caractères, plus beaux villages, les lavoirs, les jardins remarquables... (photos et descriptions) sur notre site www.sejour-touristique.com. Si l'idée vous séduit, utilisez la rubrique contact sur le site.

verdun.jpg

Commune, office de tourisme, simple particulier...

Nous recherchons des correspondants pour mettre en valeur les villages pittoresques des régions, villages de caractères, plus beaux villages, les lavoirs, les jardins remarquables... (photos et descriptions) sur notre site www.sejour-touristique.com. Si l'idée vous séduit, utilisez la rubrique contact sur le site.

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise de l'Alsace

Association, commune, office de tourisme, simple particulier, entreprise.

Vous organiser une manisfestation, un événement, une fête, Proposez vos sorties locales, choisissez le type d'activité (rando. soirée dansante...) sur notre « Agenda ».L'inscription et l'utilisation du site sont 100% GRATUITES et ILLIMITÉES voir les conditions d'Utilisations du site.

Cordialement

Découvrez des séjours touristiques en Alsace

Aucun produit à afficher

Découverte touristique en Alsace

Pour vous accompagner et vous guider de façon plus claire dans votre découverte de l'Alsace, nous avons sélectionné plusieurs site, vous pouvez trouvez aussi des informations touristiques, des sites et adresse via notre annuaire touristique : "en savoir plus"

Si vous aussi, vous connaissez un site internet digne d'intérêt sur la région, vous pouvez l'inclure.

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir l'Alsace avec notre guide touristique lors d'un séjour à la carte. Prenez contact pour des informations sur les séjours touristiques

Vous voulez vous ressourcer et organiser vos vacances selon votre propre rythme et selon vos propres envies ? Nous vous proposons lors de vos vacances de découvrir nos régions lors d'un séjour de vacances ou autre. Offrez-vous une pause nature avec des séjours touristique en tout inclus, Un séjour avec activitée pour tous, vous êtes seul(e) en famille monoparentale ou un groupe d'amis : célibataires ou séniors solos ou en couple.

Une place de choix pour votre etablissement, prenez contact avec nous !

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 08/09/2017