Se faire du bien par la gymastique douce

La gymnastique douce, plus qu’une technique particulière, est un état d’esprit, complémentaire de la pratique sportive classique, une façon de concevoir comment nous utilisons et contactons notre corps et dont les principes pourront être ensuite appliqués à nos disciplines sportives préférées.

Le concept de gymnastique douce permet de combiner des étirements, des contractions musculaires, une façon de faire les mouvements, des exercices de visualisation, des méthodes de respiration et des autos massages.

Qu’est la gymnastique douce ?

Se sentir bien, c’est parfois simplement la question : « vers quoi je tourne mon regard ? ».

On peut ainsi se nourrir de ce qui nous procure du bien être ou à l’inverse laisser la parole à une part de nous même qui alimente le mal être du moment.

« Etre bien dans son corps » fonctionne en corollaire de « être bien dans sa tête » car l’état de tension ou d’accord psychique et émotionnel influe directement sur l’état de bien être ou de tension corporel (douleur, raideur, fatigue, tensions abdominales).

La fatigue, contrairement à ce qu’on peut penser, n’est pas dans la majorité des cas due à un manque d’énergie, mais liée à une mauvaise circulation de l’énergie qui est détournée ou accaparée par un désaccord interne (par exemple, une contrariété peut fatiguer).

La gymnastique douce peut venir agir comme un éveil du corps et de l’esprit et remplir un rôle pour pratiquer des gestes en conscience et en profondeur.

Elle favorise ainsi une prise de conscience de soi par le corporel, par un corporel relié à l’esprit dans une seule et même globalité.

Etre plus près de nos sensations, utiliser notre sensibilité, nos ressentis et les relier davantage à nos actions donne un sens à nos gestes, à nos actes présents qui les nourrissent et les accordent

davantage à qui nous sommes dans notre vérité et légitimité profonde.

 

Les principes de gymnastique douce

 

L’accompagnement :

Avec la volonté, la conscience contrôle et choisit le mouvement, quitte parfois à être en désaccord avec le corps. Ne pas l’utiliser évite de concevoir avec la tête ce que le corps peut faire et risquer de forcer et se faire mal.

Il s’agit dans les mouvements de se mettre à l’écoute du corps, de se laisser conduire par la sensation et se laisser aller dans le geste.

C’est accompagner le mouvement tel qu’il se présente à nous, avec nos possibilités physiques et psychiques du moment, et l’amplifier progressivement, sans forcer.

 

La clef de la profondeur

Etre présent et au contact d’une profondeur en soi dans le mouvement est le meilleur moyen de nous rendre plus fort, plus stable et de développer une qualité de prise de recul qui va nous permettre de garder notre sérénité face à des événements contrariants ou à des comportements perturbateurs en provenance d’autrui.

 

La clef de la lenteur

Ralentir et utiliser la lenteur dans les mouvements corporels permet d’agir avec davantage de profondeur et de prendre conscience des sensations.

La clef de la globalité

C’est le fait de bouger toutes les articulations du corps dans une même simultanéité, un même mouvement.

Par exemple, quand le bras bouge, le mouvement s’effectue en même temps dans l’espace avec les chevilles et avec la colonne vertébrale.

Plus vous arrivez à vous mettre dans la globalité, et plus vous allez sentir de profondeur.

 

Rendre de la souplesse au corps

Rendre de la souplesse au corps donne aussi de la souplesse à l’esprit et développe les facultés d’adaptation.

 

Le tonus

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas seulement la tonicité et la rapidité des mouvements qui redonne de la force et du tonus, mais plutôt des mouvements vécus en conscience, effectués avec lenteur et relâchement, dans une sensation de relaxation.

 

L’énergie suit le geste, le souffle et la pensée

Utiliser la combinaison d’un geste lent, en dirigeant son attention sur la sensation de ce geste, et en l’accompagnant de la respiration stimule la circulation de l’énergie.

 

Mettre en accord le corps, le cœur et l’esprit

Mettre le corps en mouvement en plein accord avec le ressenti profond favorise le sentiment d’unité.

 

Les exercices de gymnastique douce

 

Les objectifs

 

Soulager les zones sollicitées par le stress.

Le plexus et l’abdomen.

Les vertèbres dorsales et la zone entre les omoplates.

Assouplir et étirer le dos.

Assouplir et ouvrir les articulations.

 

Les étirements

 

Etirement du dos à l’aide d’une table :

 

Choisir une table à hauteur du bassin.

Les jambes sont tendues et écartées.

Etirer la colonne vertébrale

en reculant le coccyx vers l’arrière.

Garder le dos plat.

Pascal PETITPAS sur Google+

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau