Massif des Écrins Hautes-Alpes Provence-Alpes-Côte d'Azur

Le massif des Écrins est un grand massif montagneux des Alpes françaises situé dans les Hautes-Alpes et en Isère.

Il abrite d'importants glaciers, tant en nombre qu'en taille.

L'Oisans (bassin de la Romanche) au nord-ouest, le Champsaur (haut-bassin du Drac) au sud-ouest, et le Briançonnais (bassin de la Guisane) au nord-est recouvrent une partie du massif.

Il est également bordé par la Durance à l'est et au sud, qui alimente le lac de Serre-Ponçon.

Le cœur du massif est entaillé profondément par des vallées comme celles du Vénéon, de Valjouffrey (la Bonne), de Valsenestre, du Valgaudemar, de Vallouise, de Freissinières et de Champoléon.

Ainsi, on peut distinguer entre autres en son sein les chaînons de la Meije, du Pelvoux, du Rochail, du Soreiller, de Combeynot, du Chaillol, de l'Aiglière, de Dormillouse, de Rochelaire, du Mourre Froid.

Principaux sommets

  • Barre des Écrins, 4102 m1;
  • Dôme de Neige des Écrins, 4015 m
  • La Meije, 3983 m
  • Ailefroide, 3954 m
  • Pelvoux, 3946 m
  • Pic Sans Nom, 3913 m
  • Pic Gaspard, 3883 m
  • Le Pavé, 3823 m
  • Le Râteau, 3809 m
  • Pic Coolidge, 3774 m
  • La grande Ruine, 3765 m
  • Roche Faurio, 3730 m
  • Roche Méane, 3712 m
  • Les Bans, 3669 m
  • Pic de la Grave, 3667 m
  • Montagne des Agneaux, 3663 m
  • Pic de neige Cordier, 3614 m
  • Aiguille du Plat de la Selle, 3597 m
  • Les Rouies, 3589 m
  • L'Olan, 3564 m
  • Le Plaret, 3563 m
  • Tête de l'Étret, 3559 m
  • Tête de Gandolière, 3542 m
  • L'Encoula, 3536 m
  • Pointe des Arcas, 3479 m
  • Roche de la Muzelle, 3465 m
  • Pointe Guyard, 3461 m
  • Tête des Fétoules, 3459 m
  • Le Sirac, 3441 m
  • Tête du Rouget, 3435 m
  • Pic de Says, 3421 m
  • Grande aiguille de la Bérarde, 3421 m
  • Aiguille des Arias, 3403 m
  • Pointe de l'Aiglière, 3308 m
  • Pointe Swan, 3294 m
  • le Jandri, 3288 m
  • Têtes des Soulaures, 3242 m
  • Pointe des Neyzets, 3236 m
  • Pointe de Rougnoux, 3179 m
  • le Vieux Chaillol, 3163 m
  • Tête de Vautisse, 3156 m
  • Pics de Combeynot, 3155 m
  • Dibona, 3131 m
  • le Grand Pinier, 3117 m
  • le Petit Pinier, 3102 m
  • Pic des Souffles, 3098 m
  • Pointe des Estaris, 3086 m
  • Tête de Dormillouse, 3084 m
  • Roc Diolon, 3072 m
  • Le Rochail, 3023 m

Principaux glaciers

  • Glacier de la Girose
  • Glacier du Tabuchet
  • Glacier de la Meije
  • Glacier de l'Homme
  • Glacier du Mont-de-Lans
  • Glacier de la Selle
  • Glacier du Clot des Cavales
  • Glacier de la Plate des Agneaux
  • Glacier de la Bonne Pierre
  • Glacier Blanc
  • Glacier d'Arsine
  • Glacier du Casset
  • Glacier du Monêtier
  • Glacier Noir
  • Glacier du Vallon des Étages
  • Glacier du Chardon
  • Glacier des Sellettes
  • Glacier de la Pilatte
  • Glacier du Sélé

Principales vallées

Sept grandes vallées structurent le massif des Écrins2 :

  • le Briançonnais ;
  • le Champsaur ;
  • l’Embrunais ;
  • l’Oisans ;
  • le Valbonnais ;
  • le Valgaudemar ;
  • la Vallouise.

Géologie

Le massif des Écrins est constitué par un socle cristallin, avec quelques zones sédimentaires charriées, broyées ou rejetées en périphérie du massif. Il est d'une grande diversité géologique. En résumé, on trouve un pluton granitique au cœur du massif, au niveau de la Bérarde. Autour de ce pluton, se trouve une très vaste auréole métamorphique allant des anatexites (Mont Pelvoux), des migmatites (Barre des Ecrins) à divers sortes de gneiss (partie supérieure de la Meije, de l'Olan ou encore le Sirac). Ces gneiss, souvent amphibolitiques, constituent fréquemment la partie supérieure des hauts sommets, sous la forme d'un "chapeau", assez caractéristique du massif.

Histoire

Avant le développement de l'alpinisme et de la géographie (carte de Cassini), le massif était très mal connu. En raison de sa taille et de sa complexité, les autochtones étaient incapables de se le représenter dans toute son étendue et lui attribuaient des noms impropres, voire pas de nom du tout. C'est d'ailleurs à peine si les sommets, sources d'angoisses, en portaient un.

C'est ainsi que le nom le plus utilisé a longtemps été celui de massif de l'Oisans3, puisque cette vallée comprend les villages de départ (La Grave, Saint-Christophe-en-Oisans, la Bérarde) vers la plupart des principaux sommets. L'extension aux autres vallées (Valbonnais, Valjouffrey, Valgaudemar), plus méridionales, s'est faite naturellement de par leur proximité et leur similarité. Plus surprenante a été celle à la partie briançonnaise du massif : un nom concurrent a alors émergé, celui de massif du Pelvoux, du nom du sommet, renforcé par la création d'un parc domanial dans cette zone, mais sans s'imposer.

L'ambiguïté qui a subsisté pendant plusieurs années, avec l'emploi des deux noms, a tenté d'être résolue à la fin des années 1880 par Henry Duhamel et William Auguste Coolidge avec la création du terme massif du Haut-Dauphiné, mais dont la définition restait floue. Enfin, l'emploi de massif de la Meije est aussi apparu, mais avec une restriction géographique restreinte au nord du massif.

La création du Parc national des Écrins en 1973 a mis tout le monde d'accord et a fini par imposer le nom actuel, non sans mal (comme en témoigne encore en 1978 l'ouvrage Le grand Oisans sauvage par Samivel).

Activités

Stations de sports d'hiver

  • Ancelle
  • le col d'Ornon
  • Les Deux Alpes
  • La Grave
  • Orcières-Merlette
  • Pelvoux-Vallouise
  • Puy-Saint-Vincent
  • Réallon
  • Saint-Léger-les-Mélèzes
  • Serre-Chevalier (Le Monêtier-les-Bains, Chantemerle, Saint-Chaffrey, Briançon...)
  • Venosc


En outre, il est entouré par les massifs des Grandes Rousses et des Arves au nord, des Cerces au nord-est, du Queyras à l'est, de l'Ubaye au sud-est, du Dévoluy au sud-ouest, et enfin du Taillefer au nord-ouest.

Pascal PETITPAS sur Google+

tourisme Vacances écotourisme gastronomie séjours sortirs loisirs rencontre visite histoires Provence-Alpes-Côte d’Azur Hautes-Alpes Massif des Écrins

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau