Limousin

Le Limousin pour un séjour gourmand

Vous vous régalerez pendant vos vacances dans le Limousin : restauration thématique, produits du terroir, plats traditionnels du Limousin... Goûtez !

Au détour d'une randonnée, vous trouverez à coup sûr une bonne auberge chaleureuse ou un producteur local qui vous fera déguster ses produits. Pour faire la fête, privilégiez Limoges ou Brive.

Lire la suite

Le Limousin pour des vacances gourmandes !

Vous avez envie de visiter et de découvrir le Limousin, mais, vous ne savez pas exactement ce qu'il y a à voir et à faire pendant votre séjour ? Vous trouverez dans nos pages du Limousin un florilège des activités qui vous feront passer de bonne vacances dans le Limousin !

De la gastronomie et des savoir-faire des artisans limousin, il y en a pour tous les âges et pour tous les goûts ! Forgez vous votre opinion grâce à des vacances inoubliables dans chacun des départements du Limousin : la CorrèzeCreuse et Haute-Vienne.

Au fil de vos promenades lors de votre séjour dans le Limousin, découvrez les spécialités locales grâce à une cuisine faite de bons produits. De la charcuterie aux fruits et légumes en passant par le fromage et le vin, vous découvrirez toutes les spécialités locales. De nombreuses fêtes et manifestations sont organisées autour de ces produits du terroir.

Découvrez les saveurs uniques du terroir Limousin lors d’un week-end, un court ou long séjour gastronomique. Votre escapade culinaire vous permettra de goûter à la cuisine des chefs limousins qui sauront vous surprendre avec les plats typiques de la région. La gastronomie et l’art culinaire du Limousin est mondialement connu en partie par la race bovine limousine et pour la seule pomme AOP de France.

Le Limousin peut s'enorgueillir d'une production de très grande qualité reconnue par des labels nationaux et internationaux. Cette qualité de production associée à une qualité de transformation souvent artisanale, fait le bonheur de tous sur les marchés, dans les fermes ou sur les tables des restaurants, les auberges ou tables d'hôte de nos partenaires.

Une cuisine simple, savoureuse et inventive dont on garde le goût en bouche pour longtemps...!!! Venez vite en vacances dans le Limousin profiter de l’art du bien manger !

Lire la suite

Altillac Corrèze Limousin

Altillac (Altilhac en occitan) est une commune française, située dans le département de la Corrèze et la région Limousin.

Vaste commune située sur la Dordogne, à l'extrème Sud du Limousin. Ancienne Xaintrie.

Altillac fut le siège d'une viguerie sous les Carolingiens1.

Le 28 mai 1942, le préfet régional de Limoges réquisitionne le domaine du Doux pour y créer un centre d'internement pour familles juives

Altillac (de son nom latin Altus Locus qui veut dire le haut lieu) se trouve situé pour une grande part de son territoire sur les bords de la Dordogne coulant en ce lieu à une altitude de 140 mètres.

 

La commune est située au bas de la Xaintrie, dans le canton de Mercoeur, et est limitrophe du Lot. Le milieu du pont marque la ligne de démarcation entre les cantons de Beaulieu et de Mercoeur et les deux arrondissements de Brive et de Tulle.


Altillac est très étendu géographiquement. Avec une superficie de 2500 hectares, la commune s'étend sur près de 30 hameaux dispersés et presque une dizaine de châteaux dont Bra, Sugarde, Le Doux, Rholan, La Majorie, Bichiran, Miègemont et Gary. Elle compte actuellement 852 habitants.

Altillac possède également deux églises : l'une à Fontmerle et l'autre dans le bourg même d'Altillac.

Altillac Mairie

Lieux et monuments

  • Le château du Doux est construit en 1904-1906 sur des plans de Jean-Louis Pascal. Influencé par le style utilisé à Deauville, il est construit dans le style de Xaintrie, le bourg proche, pour servir d'hôtel de luxe. Il est construit sur le haut d'un vallon, offrant ainsi des vues sur le paysage alentour. Des registres différents sont utilisés pour ses ouvertures : fenêtres simples, grande baie cintrée à croisillons de pierre, fenêtre à croisée, lucarnes rampantes, passantes ou à la capucine. Il emploie des matériaux locaux qui lui permettent d'avoir un air régional : pierres de couleurs variées, toit de lauzes. À l'intérieur, les boiseries sont Art nouveau3.
  • De l'autre côté du vallon occupé par le domaine du Doux, de vastes dépendances agricoles sont construites : immense grange-étable à deux niveaux, nombreuses porcheries construites à l'imitation de petites fermes, qui forment un semblant de hameau, poulailler, four à pain. L'ensemble des constructions, hôtel et bâtiments agricoles, a été labellisé patrimoine du XXe siècle3.
  • L'église Saint-Étienne est construite au XVIe siècle, sauf le clocher-porche, qui remonte au XIVe siècle. Elle est classé monument historique1.
  • Le Dolmen de La Borderie, un Dolmennéolithique en bon état7.

• Circuits de randonnées

En campagne ou sur les rives de la Dordogne, découvrez le Pays d'Altillac...
Quelques idées de circuits pour découvrir Altillac et ses environs à pieds ou à VTT : Château du Doux, Les bords de la Dordogne, Freyssignes, Laussac...
Guide descriptif complet (9 circuits dans la Vallée de la Dordogne corrézienne) disponible au prix de 3 euros à l'Office de Tourisme de Beaulieu-Altillac.

Villages de la Vallée de la Dordogne - Corrèze

La nature et l'histoire ont forgé le caractère de cette région. Son patrimoine bâti et religieux est une mosaïque de joyaux de pierres. Les rapides et les courbes voluptueuses de ses rivières à truites sont sources de fraîcheur. Ses vignes et ses fruits sont emplis de soleil.

    Ce n'est pas un hasard si la vallée de la Dordogne, aussi appelée vallée des Merveilles, est classée Grand Site National.

Site à découvrir :
http://www.ot-pays-de-collonges-la-rouge.fr

Turenne (Photo Daniel Farinelle) : village classé parmi les plus beaux villages de France, Turenne est construit en spirale autour du château perché sur la butte. Le village vécut dix siècles sous l'autorité des vicomtes de Turenne. En plus des nombreuses belles demeures anciennes, le village conserve deux monuments religieux : la collégiale du XVIe siècle et la chapelle des Capucins du XVIIe siècle.
Meyssac (Photo Michel Vincendeau sur http://www.mesvoyagesenfrance.com) : ce village entre dans la typologie des villes "rouge". Ce sont les mêmes carrières, qui ont fourni le grès qu'à Collonges. La couleur est plus foncée tirant sur celle de lie de vin. Carrefour important en Bas Limousin, son activité commerciale consistait principalement à échanger les produits venant du Quercy et ceux de la Montagne Limousine. Le centre ville est circulaire : aujourd'hui, son enceinte de 120 mètres de diamètre a été remplacée par un boulevard circulaire.
http://www.meyssac.fr

En savoir plus sur ce village

Curemonte (Photo Eric Wanner sur http://chtoric67.canalblog.com) : rythmé par les tours de ses trois châteaux, le village s'étirant sur une ligne de crêtes impose la silhouette de ses nombreux châteaux au dessus des vallées de la Sourdoire et du Maumont. La halle du XIXe siècle abrite un pied de calvaire gothique. En dehors du bourg, l'église romane de St Genest est décorée de peintures du XVe siècle et celle de La Combe est l'une des plus anciennes de Corrèze. Ce village est classé parmi les plus beaux villages de France.
http://www.curemonte.org
Collonges la Rouge (Photo Jean-Claude Gilloteaux) : ses constructeurs ont su exploiter le trésor de grès rouge du massif de l'Habitarelle qui la surplombe. L'enceinte du village conserve deux de ses portes  par lesquelles transitait le commerce d'huile de noix et de vin du XVIe au XVIIIe siècle. La construction de l'église et du prieuré fondés par les moines de Charroux remonte à un passé lointain, au VIIIe siècle exactement. Cette cité classée parmi les plus beaux villages de France dont il semble que le sang bat "à fleur de pierre" est à visiter absolument.
http://www.collonges-la-rouge.fr

En savoir plus sur ce village

Argentat (Photo Gilles Boisset) : ce village est situé dans la première grande plaine alluviale que forme la Dordogne, au débouché de gorges profondes et peu propices à une implantation humaine d'envergure. Au carrefour d'une route et de la Dordogne, Argentat se développe au gré des différents échanges commerciaux dont elle peut profiter. C'est donc un pays riche d'une histoire dont les principaux monuments évoquent son évolution dans un cadre pittoresque et attachant.
http://www.argentat.fr
Aubazine (Photo Boris Debon) : c'est une petite cité du sud ouest corrézien perchée sur un promontoire ensoleillé. Maisons, commerces et hôtels y sont regroupés autour d'une place ombragée, auprès de l'ancienne abbaye à laquelle le bourg doit son existence. Cette église abbatiale a été construite dans la seconde moitié du XIIe siècle. Il s'agit d'une réalisation cistercienne romane qui ajoute à la qualité de son architecture celle de son mobilier.
http://www.ville-aubazine.fr

St Mathurin Léobazel : tout au sud est du département de Corrèze, c'est un village harmonieux bâti autour de son église romane des XIIe et XIIIe siècles aux majestueux toits de lauzes soutenus par des murs en granit. 
http://www.camps.correze.net
Beaulieu s/Dordogne (Photo Régine Doucet) : c'est dans ce village merveilleux que le visiteur ira à la découverte d'une abbatiale du XIIe siècle remarquable par ses proportions et la beauté de son abside ornée d'arcatures. Le portail est lui-même sculpté du début du XIIe siècle représentant le retour du Christ à la fin des temps. Le village lui-même ne manque pas d'attrait avec sa charmante place pavée, et puis ses rives plaisantes sur la Dordogne.
http://www.beaulieu-sur-dordogne.fr

Auriac (Photo Boris Debon) : le touriste de passage se rend immédiatement compte, à l'architecture des maisons, qu'il est dans une région particulière de Corrèze, la Xaintrie. Le village avec ses maisons à toit de lauzes et son église du XIIe siècle, est un joli village plein de charme. Un plan d'eau à proximité du bourg permet la baignade, la pêche et d'autres activités sportives.
http://www.auriac.fr
Servières le Château (Photo Michel Vincendeau sur http://www.mesvoyagesenfrance.com) : bâtie dans un site pittoresque au dessus de la Glane, cette ancienne place forte fut la propriété des familles de Turenne et de Noailles. Transformé en petit séminaire, le château servit de prison pendant la première guerre mondiale. En 1916, des officiers allemands l'incendièrent. Après restauration, il fut utilisé comme préventorium.
http://mairie.servieres.free.fr

Noailhac : ce petit village voit ses origines remonter au IXe siècle où les moines d'Uzerche y ont fondé une chapelle. Le bourg a appartenu à la châtellerie de Turenne jusqu'au XVIIe siècle, puis est devenu châtellerie indépendante. Il conserve un château des XIIIe-XVe siècles composé d'une tour du XVe siècle avec un escalier à vis et une porte gothique flamboyant, ainsi qu'une voûte d'escalier en éventail. L'église romane a été fortifiée au XVe siècle, elle possède une cuve baptismale dans le jardin du presbytère. Une promenade dans le village fera découvrir aux visiteurs une maison noble avec une tour ronde.
Saillac (Photo Boris Debon) : berceau de la noix "Marbot", le petit village accueille le visiteur dans un cadre de vie faisant bien des envieux. Sa population est des plus accueillante, son patrimoine des plus riches : l’église du XIIe siècle fortifiée, avec un tympan en pierre polychrome représentant une scène de l’adoration des mages, un véritable chef d’œuvre du moyen âge, une place agrémentée d’un moulin à huile et d’un travail de forgeron, un lavoir, des croix, une grotte "Notre dame de Lourdes" à l’entrée du village et bientôt un ancien Prieuré de Femmes réhabilité en maison de la noix.

Noailles : dans un paysage vallonné et verdoyant, le village est dominé par l’église et le château. Depuis le moyen âge, la commune est forte de deux châteaux. Le château du bourg du début du XVe siècle, est à l’emplacement du fort médiéval. De style renaissance il se compose d’un corps central flanqué de deux tours rectangulaires. L’autre château est situé au sud de la commune, à La Fage. C’était une brillante construction de la famille de Noailles au cours d’une période des plus artistiques et des plus fécondes de notre histoire, le XVIe siècle. L'église est un édifice de style roman limousin dont l’abside à cinq pans et le chœur conservent, aux fenêtres près, leur caractère primitif. Datant des XIe et XIIe siècles, elle fut remaniée au XVe et XVIe siècle. Elle comprenait une longue nef à voûte à berceau et se terminait par un petit sanctuaire hexagonal. Cet édifice fut en partie détruit et brûlé pendant la guerre de Cent Ans.
http://www.noailles.correze.net
Chasteaux : bien planté sur son piton, le village domine les 90 hectares du plan d'eau de la Couze et les environs. Ce joli village occupe un site des plus innattendus, il faut noter d'ailleurs le très beau porche de l'église du XVe siècle que surmonte un clocher carré. A voir également le musée aménagé dans la tour du château de Couzages datant du XIVe siècle.

Goulles (Photo Michel Vincendeau sur http://www.mesvoyagesenfrance.com) : ce village est issu de la seigneurie de Carbonnières au XIe siècle puis il fut érigé en baronnie au XVe siècle. Installé dans la charmante vallée de la Maronne, le village bénéficie d'un patrimoine exceptionnel avec les ruines des tours de Carbonnières du XIIIe siècle, son église St Martin des XIIe-XVIIe siècles et sa chapelle St Pierre. Érigées sur un promontoire rocheux au fond d’une étroite vallée entre les rivières de la Bedaine et de la Maronne, les tours de Carbonnières dressent leurs silhouettes dans la verdure. L’existence d’un castrum sur ce site remonte au premier âge féodal. L'église du village quant à elle est formée de huit chapelles avec un chœur ogival.

Monceaux-sur-Dordogne Corrèze Limousin.

Monceaux-sur-Dordogne est une commune française, située dans le département de la Corrèze et la région Limousin.

Histoire

Le bourg est cité pour la première fois sous le nom de Castrum Mulcedonum, vers 930, puis sous les formes Molseon, 1114 ; Monceaulx, Moulceo, vers 1315. Le second élément du nom est le gaulois dunum représenté par -donum à l'époque franque (voir Austedonum au VIe s. pour Augustodunum, Autun). Il désignait ici un site fortifié de hauteur. L'étroite vallée où se trouve le bourg est en effet dominée par le Puy-du-Tour où ont été mis au jour d'importants vestiges d'une enceinte du second Age du Fer, qui contrôlait le franchissement de la Dordogne par un très ancien itinéraire de long parcours entre Armorique et Méditerranée. Le premier élément du toponyme est obscur. Au cours du Moyen Age, le nom, dont le sens n'était plus compris, a subi l'attraction de l'occitan moncel, monceu, petit mont, colline.

2012-08-28-10-46-38.jpg

Lieux et monuments

Oppidum du Puy du Tour, datant de la Tène ancienne voir de l'Hallstatt

vestiges datant des périodes gallo-romaine et médiévale.

2012-08-30-10-40-34.jpg

Économie

De tradition rurale où les vignes et le passage des gabares ont cédé la place à une économie axée vers l'élevage bovin de race Limousine.

Forte importance du tourisme. En été, les jeudis à partir de 17h00, "Marché des producteurs de pays". Campings, fermes auberges, chambres d'hôtes.