Savoie

Notre-Dame-de-Bellecombe Savoie Rhône-Alpes

Notre-Dame-de-Bellecombe est une commune française située dans le département de la Savoie et la région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Bellecombais, Bellecombaises.

Fichier:Notre-Dame-de-Bellecombe.jpg

Notre-Dame-de-Bellecombe est un petit village de montagne situé entre 1100 et 2070 m d'altitude dans les Alpes du Nord, et plus précisément dans le Val d'Arly. A 25 km d'Albertville et 10 km de Megève, la population de cette station familiale de sports d'hiver décuple pendant les vacances de février. L'été voit également défiler ses cortèges de touristes, principalement des randonneurs aimant se promener dans les alpages.
Contrairement à beaucoup de stations plus grandes, l'architecture de ce petit village est encore préservée ; on y trouve des fermes traditionnelles et des chalets boisés.
Depuis le mois de décembre 2005, la station de Notre-Dame-de-Bellecombe est membre de l'Espace Diamant, regroupement de 5 stations et comptant 84 remontées mécaniques.

Fichier:Place principale de Notre-Dame-de-Bellecombe.jpg

Histoire

C'est en 1920-1921 que la Baronne de Rothschild commence à séjourner à Megève où les premiers skieurs font leur apparition.

En 1924, on construit le premier téléphérique à Chamonix : L'Aiguille du Midi. Le premier téléski est construit à Megève en 1933.

Dès 1922, plusieurs personnes commencent à s'investir dans le tourisme à Notre-Dame-de-Bellecombe.

Le premier hôtel de la station, le Mont Charvin, date de 1902, mais à cette époque le ski n'existait pas encore et les « étrangers » qui connaissaient Notre-Dame-de-Bellecombe ne venaient que l'été...

Comme partout, c'est une poignée de pionniers qui contribue à lancer les vacances d'hiver. Monsieur François Joguet fabrique lui-même les premiers skis et les bâtons de ski.

L'économie de la commune qui était essentiellement agricole se modifie déjà en économie touristique.

C'est en 1937, qu'est construite la première remontée mécanique de la station « Le Télétraineau » tout à fait d'avant garde

Plusieurs moniteurs qui ont passé un examen à Chamonix, commencent à enseigner le ski (Marcel Rossat-Mignod, Marcel Gardet, Yvon Mollier, Armand Favray).

Puis vint la guerre, le village, déjà petite station, s'endort...

En 1948, le télé traîneau est supprimé et le premier téléski de la région du Val d'Arly est installé à Notre-Dame-de-Bellecombe sur les pentes du Reguet. La station a alors une capacité de 600 lits. L'École de ski et le Syndicat d'initiative sont installés sur la place du village dans une petite grange aménagée. Il y a 7 moniteurs.

En 1959, le Club des Sports de Notre-Dame-de-Bellecombe voit le jour, et formera par la suite de vrais compétiteurs. Treize coureurs ont porté les couleurs de d'Équipe de France.

Le palmarès de nos champions : (extrait)

  • Jacqueline Rouvier : plusieurs fois championne de France, médaille de bronze aux Championnats du Monde à St-Moritz (1974) etc.
  • Roger Rossat-Mignod : Champion de France junior, sélectionné pour les J.O en 68 et 72, vainqueur en coupe du monde à Berchtesgaden
  • Catherine Quittet : 9 titres de Championne de France, plusieurs victoires ou podiums en Coupe du Monde de 1985 à 1989...
  • Mais aussi Bernard Rossat-Mignod, Raymonde Ansanay, Max Ancenay... et bien d'autres qui ont également fait partie de l'Équipe de France...

Barrage de Roselend Savoie Rhône-Alpes

Le barrage de Roselend est un barrage français à voûte, situé dans le Beaufortain (Savoie), entre le col du Pré et le Cormet de Roselend, près de la station de sports d'hiver d'Arêches-Beaufort. Les montagnes aux alentours avoisinent les 2 800 mètres.

Mesurant 800 m de long et 150 m de haut, il peut contenir jusqu'à 185 millions de m³ d'eau. Associé aux barrages de la Gittaz et de Saint-Guérin et à la centrale de la Bâthie, ils composent le vaste ensemble hydroélectrique du Beaufortain. Son voisin, le barrage de la Girotte, perché au-dessus de la vallée d’Hauteluce, n'en fait pas partie.

Le barrage de Roselend est réputé être le plus « esthétique » des barrages de Savoie.

Fichier:Lac et Chapelle de Roselend.JPG

Histoire

Les travaux de construction commencèrent en 1955. La mise en eau, en 1960, entraîna l'engloutissement du village d'alpage dont il tire son nom (Roseland étant lui-même probablement issu du nom d'un ancien propriétaire : Rozelindus, attesté au Xe siècle).

Après l'épisode de Tignes (cf. barrage du Chevril), les habitants de la vallée ne tentèrent pas de s'opposer aux travaux, mais cherchèrent plutôt à négocier au mieux. Les indemnités versées par EDF permirent indirectement la naissance de la coopérative laitière de Beaufort.

Fichier:Chapelle de Roselend.JPG

La Chapelle de Roselend fut construite à proximité du site du barrage.

Les travaux furent achevés en 1962.

Evènement

La première course de ski de randonnée étudiante a eu lieu autour du lac de Roselend. Organisé par des élèves-ingénieur de l'ESTP, ils donnèrent le nom du lac à leur nouvelle association : ROSELEND ETP. Depuis chaque année des élèves de l'ESTP organisent fin mars la seule course de ski de randonnée étudiante. Si le nom de l'association n'a pas changé le lieu change. Après Aussois en 2006, en 2007 et en 2008, elle s'est tenu aux Contamines-Montjoie en 2009 et aux Houches dans la vallée de Chamonix en 2010. Le barrage subit une vidange complète au printemps 20111. L'anniversaire des 50 ans de la mise en service du complexe Roselend se dréoule la même année2.

Beaufortain Savoie Rhône-Alpes

Le Beaufortain est la région de la Savoie qui s'étend autour de la commune de Beaufort-sur-Doron.

Fichier:Beaufort sur doron vue aérienne.jpg

L'ensemble, faiblement individualisé, est limité :

  • au nord-ouest par le signal de Bisanne et le col des Saisies ;
  • au nord par l'aiguille Croche et le col du Joly ;
  • au nord-est par la limite entre les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie ;
  • à l'est par le Cormet de Roselend et l'aiguille du Grand Fond ;
  • au sud par le Cormet d'Arêches et le Grand Mont.

Ses sommets les plus remarquables sont le Grand Mont, l'Aiguille du Grand Fond et la Pierra Menta (la Pierre montée), sorte de dent rocheuse en surplomb au-dessus du lac de Roselend, autour de laquelle a lieu la célèbre course de ski-alpinisme, la Pierra Menta. Le signal de Bisanne, avec ses 1 941 m, constitue un belvédère remarquable sur le massif du Mont-Blanc tout proche. La station de ski des Saisies, sur la commune de Hauteluce, a accueilli les épreuves de ski de fond et de biathlon lors des jeux olympiques d'Albertville.

Fichier:Beaufortain (Hauteluce, Beaufort, Arêches) - 2.JPG

Le Beaufortain est la région privilégiée des lacs de barrage :

  • le plus connu, le barrage de Roselend, situé entre le col du Pré (qui domine la petite ville d'Arêches) et le Cormet de Roselend, a englouti lors de sa mise en eau le petit village d'Alpage dont le lac tire son nom ;
  • mais d'autres lacs plus petits existent : le barrage de la Girotte au voisinage du col du Joly, le barrage de Saint-Guérin situé également au-dessus d'Arêches, le barrage de la Gittaz près de Roselend.

Le massif est traversé de conduites forcées.

Fichier:Lac de Roselend F.jpg

Histoire

Avant la conquête romaine, le Beaufortain était peuplé de Ceutrons, avec le Haut-Faucigny et la Tarentaise, qui contrôlaient une majorité des cols alpins entre la péninsule italienne et la Gaule. La Centronie devient, suite à la conquête par Rome, la province des Alpes Grecques, puis Alpes grées, avec Axima (Aime) pour capitale.

Du Xe siècle au XIe siècle, le "Beaufortain" appartient au royaume de Bourgogne.

Dès le XIe siècle, les barons de Faucigny dominent la vallée du Doron (Beaufortain) en plus de la vallée de l'Arve et de son affluent le Giffre, l'Arly jusqu'à Flumet, formant ainsi la province du Faucigny. En 1355, suite au traité de Paris, cette vallée rejoint les territoires des comtes puis ducs de Savoie.

Après la Restauration savoyarde de 1815, le massif est intégré à la province de Haute-Savoie dans le duché de Savoie jusqu'à l'annexion en 1860, où elle intègre le département de la Savoie.

Alpinisme

  • Pierra Menta (2 714 m) :
    • 1922 - Première ascension, par la face ouest, par J.P. Loustalot et Léon Zwingesltein, le 6 juillet ;
    • 1923 - Face est par J. Payot et F. Peterlongo ;
    • 1937 - Arête nord par J. Mermillod et Alfred Coutet ;
    • Pilier sud-ouest.
  • Aiguille de la Nova (2 890 m) :Cime de Gargan (2 762 m)
    • 1941 - Première traversée ouest-est par Bisch, Carpentiet et Guers.
  • Dent d'Arpire (2 445 m)

Spécialités culinaires

Le Beaufortain est aussi célèbre pour sa production laitière, issue de vaches de la race tarine et/ou d'Abondance. Le beaufort, fromage cuit à pâte dure du type gruyère, est réputé « le Prince des gruyères ».

Pierra Menta Savoie Rhône-Alpes

La Pierra Menta est un sommet mythique pour la randonnée pédestre et à ski, dans le massif du Beaufortain, bien que secondaire de par son altitude (2 714 m). Le nom dérive directement du francoprovençal Perrâ mentâ, pierre montée.

Il est constitué d'un énorme éperon monolithique (120 mètres de paroi verticale environ) au sommet d'une arête rocheuse.

Légende

Le géant Gargantua a expédié d'un coup de pied un bout du massif des Aravis qui est venu se planter en plein Beaufortain ouvrant ainsi la porte des Aravis.

Alpinisme

Fichier:Pierra Menta.jpg