Aquitaine

Cathédrale Saint-Front Dordogne Aquitaine

La cathédrale Saint-Front est une cathédrale catholique romaine située dans la commune de Périgueux, préfecture du département français de la Dordogne. Siège du diocèse de Périgueux et Sarlat, elle est classée monument historique en 18401 et au Patrimoine mondial en 1998 au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France.

La cathédrale est nommée d'après saint Front, légendaire premier évêque de Périgueux, évangélisateur de la région au IIIe siècle et dont les supposées reliques reposaient jusqu'en 1575 dans la cathédrale, la plus vaste du Sud-Ouest de la France.

Fichier:Périgueux Saint-Front (13).JPG

Une première église placée sous le patronage de saint Front aurait été construite par l'évêque Chronope II (vers 506-vers 533). L'évêque Frotaire (976-991) a commencé la reconstruction de l'abbatiale Saint-Front. Raoul de Couhé, mort en 1013, est enterré dans l'église non encore terminée. L'église est consacrée probablement en 1047 par l'archevêque de Bourges Aymon. Cette église est de plan basilical, couverte de charpente. On avait peut-être conservé des fragments de l'église précédente. Le chœur était voûté et abritait le tombeau de saint Front réalisé en 1077 par Guimaunond, moine de La Chaise-Dieu2

Un incendie se produisit en 1120 au temps de l'évêque Guillaume d'Auberoche, ravageant le bourg et l'abbatiale. La construction de l'église à coupoles commence aussitôt après l'incendie. Le tombeau de saint Front ayant été protégé par la voûte, l'église a été reconstruite sur le même emplacement.

Elle a été construite au XIIe siècle dans un style mêlant les influences romane et byzantine. L'originalité de son plan en croix grecque par rapport à l'architecture locale a été la source de nombreuses discussions entre spécialistes.

En effet, comme la basilique Saint-Marc de Venise, son plan est en forme de croix grecque et ses cinq coupoles à clochetons rappellent Saint-Marc et de l’église des Saints-Apôtres. Cette filiation est jugée recevable par les spécialistes. Saint-Marc de Venise a été construite à partir de 1063 et consacrée en 1111. Peut-être faut-il conserver l'idée que le maître d'ouvrage de la nouvelle abbatiale ait voulu donner à celle-ci un plan prestigieux imité de l'église des Saints-Apôtres de Constantinople. Si le plan de l'église peut être rapproché des églises byzantines, la réalisation des coupoles reprend une technique locale.

La prise de la ville par les Protestants en 1575 et 1577 et les destructions qui vont en résulter, les malfaçons dans sa restauration, a amené l'abandon de la cathédrale Saint-Étienne de la Cité. Ce n'est donc qu'en 1669 que l'église Saint-Front acquiert son titre de cathédrale, auparavant détenu par l'église voisine Saint-Étienne, dans le quartier de La Cité.

De 1852 à 1895, la cathédrale Saint-Front3 est restaurée par Paul Abadie (et d'autres architectes) qui agrandit les coupoles et ajoute les clochetons qu'on peut voir aujourd'hui. En vérité, c'est plus une véritable reconstruction des coupoles qui s'étaient à moitié effondrées, et qu'il fallut couvrir sous une charpente classique. La cathédrale ne gardera d'original que son clocher du XIIe siècle, mais son aspect original avec ses coupoles est rétabli. C'est ce même architecte qui plus tard sera sélectionné pour construire la basilique du Sacré-Cœur à Paris, qui n'est pas sans ressemblance avec la cathédrale Saint-Front.

Les trois lustres monumentaux qui éclairent la cathédrale ont servi à illuminer Notre-Dame de Paris lors du mariage de Napoléon III le 29 janvier 1853.

Fichier:Cathédrale périgueux.jpg

L'orgue, construit par la maison Merklin-Schütze, fût présenté à l'exposition universelle de Paris en 1869 puis acquis par l’évêché de Périgueux en 1875. Il compte 29 jeux, répartis sur deux claviers et un pédalier. Il a été restauré en 1998 par Pascal Quoirin.

Entre 1999 et 2002 la DRAC Aquitaine a confié à Françoise Perret, restauratrice à Sergeac, la restauration de l'ensemble du Chemin de croix peint par Jacques-Émile Lafon entre 1849 et 1851.

La cathédrale est inscrite depuis 1998 au Patrimoine mondial de l'Humanité dans le cadre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (via Lemovicensis). À l'occasion de l'année sainte compostellane 1999 une chapelle Saint-Jacques avec une statue du saint est inaugurée par Monseigneur Gaston Poulain, évêque de Périgueux et de Sarlat.

On trouve une maquette de la cathédrale Saint-Front au parc France miniature, dans les Yvelines.

Lire la suite

Tour médiévale Mataguerre Dordogne Aquitaine

La tour Mataguerre est une tour de fortification française datant du XIIIe siècle située à Périgueux, dans le département de la Dordogne1, en région Aquitaine.

Elle fait l'objet d'une protection au titre des monuments historiques.

Elle est accessible en visite.

La tour Mataguerre se situe en Périgord central, rue de la Bride, dans le centre-ville et le secteur sauvegardé de Périgueux, face à l'office de tourisme de la ville, à l'angle de la place Francheville et du cours Fénelon.

Historique

Datant du XIIIe siècle, la tour Mataguerre est l'ultime vestige du rempart de l'enceinte médiévale qui protégeait le « Puy Saint-Front », noyau urbain qui allait devenir le centre-ville de Périgueux2.

Elle est entièrement rebâtie au XVe siècle. De 1622 à 1831, elle sert d'entrepôt pour la poudre3.

Délabrée, sa toiture de forme conique est supprimée en 1807.

La tour est classée au titre des monuments historiques par la liste de 1840.

Fichier:Périgueux Mataguerre (5).JPG

Architecture

Construite sur le rocher, elle est de forme circulaire, avec une base plus évasée que le corps principal. Elle est couronnée de mâchicoulis et comporte des archères3.

Tourisme

Ouverte à la visite4, ses murs renferment diverses armes médiévales. Du chemin de ronde situé à son sommet, on a une vue étendue sur les toits de la ville. Une table d'orientation facilite l'identification des principaux bâtiments.

Fichier:Périgueux toits (1).JPG

Château de Biron Dordogne Aquitaine

Le château de Biron est un château français situé sur la commune de Biron dans le département de la Dordogne en région Aquitaine. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 17 février 1928.

Le château se situe dans la vallée de la Lède, dans le Périgord pourpre. Il était le siège de l'une des quatre baronnies du Périgord, avec Beynac, Bourdeilles et Mareuil. Il est la propriété de la famille de Gontaut-Biron qui acquiert par alliance la baronnie de Biron au XIIe siècle, avant d'être pris par les Albigeois en 1211, par Simon IV de Montfort en 1212, et par les Anglais aux XIVe et XVe siècles. Il est érigé en duché-pairie en 1598.

Du XIIe au XVIIIe siècle, chaque siècle a laissé son empreinte, évoquant les vicissitudes de cet édifice monumental :

De cette incroyable juxtaposition de bâtiments résulte un ensemble architectural exceptionnel, d'un attrait tout particulier.

En 1978, le département acquiert le château2 en vue de le restaurer. En 1994 c'est ici qu'on a tourné le film La Fille de d'Artagnan avec Sophie Marceau et Philippe Noiret3.

En 2012 ont commencé des travaux de rénovation de la charpente de l'aile des Maréchaux, prévus pour une durée de deux ans et un coût de 2,3 millions d'euros.

Fichier:Biron - Château -1.JPG

Lire la suite

Périgord Noir Dordogne Aquitaine

Le Pays du Périgord noir est une structure de regroupement de collectivités locales françaises située en Aquitaine, au sud-est du département de la Dordogne.

Créé avec 146 communes1, soit 13 communautés de communes2, le Pays du Périgord noir n'en comprend plus que 12 en 2012 après la fusion des communautés de communes du Sarladais et du Périgord noir.

Il reprend en intégralité l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda auquel s'ajoutent les deux cantons de Thenon et Hautefort, dépendants de l'arrondissement de Périgueux.

Le Périgord noir est le nom d'une ancienne région naturelle appelée également Sarladais3. Avec une partie du bassin de Brive qui le borde au nord, il forme aujourd'hui l'une des quatre appellations touristiques du Périgord, avec le Périgord blanc, le Périgord pourpre et le Périgord vert.

Fichier:Eyzies-musée-falaise.jpg

Situé à l'est et au sud-est du département de la Dordogne, il tire son nom des importantes forêts de chênes verts très sombres et n'a, initialement, rien à voir avec les truffes.

Région rurale comprise entre les plaines aquitaines, les plateaux du Quercy et la partie sud-ouest du Limousin, le Périgord noir actuel s'articule autour des vallées de la Dordogne et de la Vézère. Les principaux pôles urbains sont ceux de Sarlat-la-Canéda la sous-préfecture (9 432 habitants en 2006), et Terrasson-Lavilledieu (6 236 habitants et plus de 11 000 dans l'unité urbaine).

Lire la suite

La vallée de la Vézère Dordogne Aquitaine

La vallée de la Vézère est une vallée située dans le département de la Dordogne en Périgord noir, dans la région Aquitaine en France.

La rivière Vézère, donne son nom à la vallée. Elle serpente et se fraye un chemin entre des falaises de calcaire couvertes par des forêts de châtaigniers et de chênes verts.

dordogne-2-3.jpg

Vestiges préhistoriques

En une cinquantaine de kilomètres, la vallée de la Vézère rassemble quelques-uns des plus riches et des plus célèbres sites de la Préhistoire européenne, témoignant de 400 000 années d'occupation humaine.

En effet, la région comporte 147 gisements remontant jusqu'au Paléolithique, pas moins de 25 grottes ornées. Des centaines de milliers de vestiges lithiques, osseux et artistiques y ont été découverts.

Elle présente un intérêt exceptionnel d'un point de vue ethnologique, anthropologique et esthétique avec ses peintures pariétales, en particulier celles de la grotte de Lascaux dont la découverte fortuite par des adolescents en 1940 a marqué une date dans l'histoire de la connaissance de l'art préhistorique. Cette grotte a été surnommée la « Chapelle Sixtine de la Préhistoire ». Ses parois ont livré une centaine de figures animales, étonnantes par la précision de l'observation, la richesse des coloris et la vivacité du rendu.

La commune des Eyzies, capitale mondiale de la Préhistoire est un autre haut-lieu de la Préhistoire. On peut y visiter les grottes des Combarelles et Font-de-Gaume, l'abri de Cap Blanc ainsi que les gisements de Laugerie-Basse et de Laugerie-Haute. Le musée du site de l'abri Pataud permet de comprendre le principe stratigraphique sur lequel s'appuient les fouilles archéologiques.

Le Musée national de Préhistoire présente l'une des plus complètes collections d'objets préhistoriques. Tout proche, le roc de Cazelle met en scène la vie de ses occupants, de la Préhistoire jusqu'au siècle dernier. Bien d'autres sites de la vallée de la Vézère méritent d'être cités : au Moustier, l'impressionnant fort troglodytique de la Roque Saint-Christophe qui retrace 55 000 ans d'occupation sur 800 mètres de falaise ; à Tursac, l'abri de la Madeleine, surmonté d'un château moyenâgeux, et qui a donné son nom à la culture magdalénienne ; citons encore, à Sergeac, les abris de Castel Merle et à Rouffignac la grotte de Rouffignac ou « grotte aux cent mammouths ».

En 2010, le centre d'accueil de la Préhistoire a été ouvert aux Eyzies. Il vise à accueillir le public pour le guider dans sa découverte de la Préhistoire en Dordogne.

Patrimoine mondial de l'UNESCO

14 sites de la vallée de la Vézère ont été classés au patrimoine mondial de l'UNESCO en octobre 1979. Ce véritable sanctuaire de l’art préhistorique est l'un des sites archéologiques les plus importants d’Europe.

Opération Grand Site

La vallée de la Vézère fait, depuis 2009, l'objet d'un travail collectif visant à l'inscrire dans la démarche Grand Site de France. Les objectifs sont de (re)mettre en valeur ses falaises et de protéger son patrimoine culturel et naturel en canalisant les flux touristiques.

Lire la suite